Le leader mondial de biofertilisant investit 725 millions de dirhams au Maroc

Le géant suisse des biofertilisants Éléphant Vert renforce sa présence au Maroc avec un investissement total de 725 millions de dirhams.

Par

des sacs de biofertilisants de la marque Fertinova
Crédit : DR

Le groupe genevois Éléphant Vert s’installe au Maroc en investissant 725 millions de dirhams sur plusieurs années. Le groupe spécialiste des biofertilisants, qui a déjà investi  dans une usine à Meknès pour 275 millions de dirhams, compte y réinjecter un montant supplémentaire de 220 millions de dirhams dans les années à venir.

De même, la société prévoit la création de deux autres usines de production près d’Agadir et à Berkane. Des unités pour lesquelles la société compte débourser 77 millions de dirhams, avec les marchés africains et européens en ligne de mire, indique l’entreprise :

Ce projet inédit, d’une capacité de 500 emplois à l’horizon 2017, vise à faire du pays un hub pour exporter les trois-quarts de sa production en Europe et en Afrique.

Faire de Meknès « une vitrine d’innovation industrielle »

Le site de Meknès, qui occupe une surface de 10 hectares, table sur une production de 50 000 tonnes de biofertilisants à base de micro-organismes et 120 tonnes de biopesticides à l’horizon 2015. Les engrais provenant de cette usine « sont produits à partir de la valorisation de déchets agricoles collectés auprès de divers fournisseurs locaux du bassin de Meknès, dont des agriculteurs, éleveurs et des sociétés d’agroalimentaire », souligne Sébastien Couasnet, le directeur général du groupe.

Le processus de production consiste d’abord à sélectionner, puis mettre en fermentation les matières premières (déchets). « Ensuite, intervient la phase d’enrichissement à base d’azote et d’ammoniac, un procédé classé « secret de fabrication », suivi de la phase de conditionnement », ajoute le directeur général.

La société suisse propose également des biofertilisants commercialisés sous les marques Fertinova et Orgavert, qui sont des produits enrichis en bactéries utilisés notamment pour le traitement des cultures (bio-insecticides, bio-acaricides, biofongicides). L’entreprise dit vouloir se baser sur l’expérience actuelle pour « faire de la région de Meknès une vitrine d’innovation industrielle, de recherche et développement », précise le communiqué.

Une station d’essai pour octobre prochain

Outre l’usine de Meknès et les investissements à venir pour deux autres usines, Éléphant vert va également investir dans une station d’essai baptisée « Clinique des plantes ». La station, qui devrait être opérationnelle en octobre prochain, va servir à mener des expériences sur les produits de l’entreprise et à développer des solutions aux problèmes spécifiques aux cultures. « Les activités de la clinique s’étendent à plusieurs régions et nous travaillons à l’implantation de notre réseau de distribution qui permettra un large accès à nos biofertilisants et biopesticides », indique le communiqué du groupe.

La station d’essai devrait également ouvrir ses portes aux exploitants agricoles qui pourront ainsi acquérir un savoir-faire en matière d’utilisation des micro-organismes du sol et des biopesticides pour un usage optimal des produits.

Les tests des biofertilisants au Maroc sont menés sur des cultures aussi diversifiées que la banane, la fraise, l’orange, le blé, la clémentine, la pomme de terre, la pastèque et la betterave sucrière. A cet effet, Éléphant Vert a noué un partenariat avec la Fondation marocaine pour l’innovation et la recherche (MASCIR) et l’université de Meknès.

article suivant

Othman El Ferdaous au chevet des salles de cinéma