Printemps arabe: en 2014, 45% des Arabes approuvent le mouvement

Un peu moins de la moitié des Arabes approuve le mouvement du Printemps arabe selon une étude réalisée par un centre de recherche qatari.

Par

Manifestation du Mouvement 20 février. Crédit: AFP
Manifestation du Mouvement 20-Février. Crédit : AFP

Trois ans après les événements du printemps arabe, une étude menée par l’ARCPS (Arab Center for Research and Policy Studies) révèle que 45 % de la population du monde arabe pense que le Printemps arabe et les changements politiques qui ont suivi étaient des développements positifs pour le monde arabe.

Par opposition, 42 % des personnes sondées par l’ARCPS ont estimé que le Printemps arabe avait entraîné des développements négatifs. Les personnes ayant une opinion négative sur le mouvement ne sont « pas forcement opposés au mouvement » selon l’institution.

Ces personnes ont cité les raisons suivantes pour justifier leur avis : « les pertes humaines et les souffrances ; les objectifs de la révolution qui n’ont pas été réalisés ; la propagation du chaos et le manque de sécurité ; la destruction des États et des institutions étatiques et la déstabilisation des pays enfoncés dans la crise ». 5 % des opinions négatives voient le Printemps arabe comme le résultat d’une conspiration étrangère.

Espoirs

Malgré le nombre important d’opinions négatives concernant le Printemps arabe, les populations des pays arabes ont toujours foi en ce mouvement. Ainsi 60 % des sondés estiment que même si le « Printemps arabe traverse une étape difficile, il parviendra quand même par atteindre ses buts ». Les obstacles à la réalisation des objectifs du Printemps arabes sont, selon les sondés « la déstabilisation de la situation sécuritaire ; la détérioration des conditions économiques ; l’intervention étrangère ; l’émergence des mouvements extrémistes ; l’agitation causée par les anciens régimes ». A noter que seulement 17 % des personnes interrogées par l’ARCPS sont convaincus que le Printemps arabe a pris fin et que les « régimes sont revenus au pouvoir ».

L’ARCPS est un centre de recherche basé au Qatar composé de chercheurs et d’intellectuels du monde arabe. L’étude mentionnée dans cet article a été réalisée auprès de 21 152  personnes vivant dans 14 pays du monde arabe parmi lesquels le Maroc. L’étude a été réalisée entre les mois de janvier et juillet 2014.

article suivant

El Jadida : fuite d'une quantité limitée de gaz d'ammoniac au complexe industriel de Jorf Lasfar