Algérie: limogeage brutal de l'ancien numéro 2 du régime

L'ancien homme fort du FLN, Abdelazz Belkhadem, pressenti un temps pour succéder à Bouteflika, a été brutalement débarqué du pouvoir.

Par

Abdelaziz Belkhadem. Crédit: AFP
Abdelaziz Belkhadem. Crédit: AFP

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a limogé son conseiller spécial Abdelaziz Belkhadem, une personnalité politique de premier plan, a annoncé mardi la présidence.

M. Bouteflika « a pris un décret en vertu duquel il a mis fin aux fonctions de M. Abdelaziz Belkhadem en qualité de ministre d’Etat, conseiller spécial à la présidence de la République ainsi qu’à toutes ses activités en relation avec l’ensemble de structures de l’État », selon une source à la présidence citée par l’agence APS.

 Il a été par ailleurs demandé au secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) de « mettre fin aux fonctions de M. Belkadem au sein du parti et d’interdire sa participation aux activités de l’ensemble de ses structures », selon la même source.

Aucune explication n’a été immédiatement fournie à cette décision brutale et inédite.
 Ancien président de l’Assemblée nationale et ancien patron du FLN, M. Belkhadem a aussi exercé sous la présidence de M. Bouteflika les fonctions de Premier ministre et de ministre des Affaires étrangères.

 Cet islamo-conservateur que la presse appelle « barbe FLN » n’avait pas caché ses ambitions de succéder à M. Bouteflika si ce dernier ne s’était pas présenté à un quatrième mandat en avril dernier.

 M. Belkhadem avait été nommé conseiller spécial du chef de l’État à la mi-mars, peu avant le lancement de la campagne pour l’élection présidentielle du 17 avril, remportée par M. Bouteflika. 

M. Belkhadem, 69 ans, avait été évincé de la tête du FLN, au pouvoir en Algérie, fin janvier 2013 après une grave crise interne opposant deux tendances du parti, qui se disputaient son contrôle dans la perspective de la présidentielle d’avril 2004. Il avait pris la tête du FLN, dont M. Bouteflika est le président d’honneur, en mars 2005.

(AFP/editing Telquel.ma)

article suivant

Réouverture des frontières : pas de recommandation du comité scientifique, selon le ministère de la Santé