Ils ont besoin de vacances #1

Au moment où l’équipe de TelQuel s’apprête à profiter de son été, impossible pour nous de ne pas souhaiter du repos à ceux qui ont fait les choux gras ces derniers mois.

Par

Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement

Sans titre-3Une popularité en berne, des critiques pour la lenteur des réformes, des élections régionales et municipales à préparer… l’année a été éprouvante pour Abdelilah Benkirane. Le Chef du gouvernement et patron du PJD est sur plusieurs fronts. Forcément, ça use, et on n’est pas à l’abri d’une déconvenue ou d’une déclaration qui déclenche les commentaires et les interrogations. C’était le cas en juin dernier, quand Benkirane a commis une longue digression au parlement à propos de la situation des femmes au Maroc. Lors de ce discours, il a évoqué le bon vieux temps, où les mères étaient au foyer, l’homme au travail et les enfants à l’école. Il a alors eu la lumineuse idée de qualifier ces femmes au foyer de « lustres », en les présentant comme un modèle, ce qui a provoqué la colère des associations féministes et une partie de la société civile.

Destination recommandée : Deux semaines méritées sous le soleil de Copacabana, au Brésil, grande puissance économique dirigée par une femme.

Hamid Chabat, secrétaire général de l’Istiqlal

chabat

Ses sorties dans la presse et au sein du parlement ont fini par agacer les membres de son propre parti. C’est que tout chez Hamid Chabat est théâtral : lorsqu’il participe à une manifestation contre la politique du gouvernement, il prend des ânes comme figurants. Et lorsqu’il décide de prier, il prend bien soin de le faire devant les objectifs d’une équipe de journalistes, quitte à devenir la risée des internautes et de voir ses photos, ruisselantes de piété, détournées sur les réseaux sociaux. Et quand le SG de l’Istiqlal prend la parole, c’est l’apothéose : il n’a pas hésité, en pleine séance parlementaire, à interpeller Abdelilah Benkirane sur ses relations avec… « les jihadistes en Syrie et en Irak et avec les services israéliens ». Quelques minutes plus tard, il finira par brandir une pancarte qualifiant le Chef du gouvernement de menteur.

Destination recommandée : La zone entre l’Irak et la Syrie, contrôlée par Daesh, pour vérifier les liens entre Benkirane et les jihadistes.

Bassima Hakkaoui, ministre de la Femme et de la Famille

bassima

Son soutien indéfectible à son chef de parti et de gouvernement frise parfois le ridicule : à trop prendre sa défense, Bassima cafouille, patauge et finit par grossir les échecs et les bourdes de Benkirane. Parce que justifier le manque d’intérêt cathodique de son patron, et donc sa baisse de popularité, en arguant que les gens cultivés «  étaient aux Tarawih  », tandis que «  les fillettes et les bonnes (sic) regardent des séries  », c’est moyen pour une ministre de la Femme et de la Famille. Un conseil pour la rentrée : contentez-vous de commenter vos chantiers.

Destination recommandée : Un stage de salsa à Cuba, pour gagner en souplesse et en ouverture d’esprit.

Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP

lachgar

Deux ans moins des poussières qu’il est à la tête de la formation socialiste, et il enchaîne déjà les déconvenues. Lachgar a mis à l’écart les membres du clan Zaïdi et s’est taillé un bureau politique sur mesure. Il a même décidé de s’emparer du poste de président du groupe parlementaire avant d’organiser un congrès national de la Chabiba des plus chaotiques. Il finit par se mêler des affaires de la Fédération démocratique du travail (FDT, pro-USFP) aujourd’hui au bord de l’implosion. « Nous sommes entrés dans une logique de suicide collectif », résume un dirigeant de l’USFP.

Destination recommandée : Un stage d’observation dans un parti socialiste scandinave. A Copenhague, par exemple.

Abdelhamid Abou Naïm, prédicateur

Sans titre-34

Il est sans conteste l’une des « révélations » du camp salafiste. En février, passablement énervé contre Driss Lachgar, qui se prononçait pour l’égalité dans l’héritage entre les hommes et les femmes, Abou Naïm décide tout bonnement de l’excommunier. Le prédicateur au sang chaud a été condamné à un mois de prison avec sursis et une petite amende. Pas assez dissuasif, visiblement : à la mi-juillet, l’excommunicator récidive en appelant au meurtre de l’intellectuel et militant amazigh Ahmed Assid.

Destination recommandée : Le Texas, dans le sud des Etats-Unis, où il pourra acquérir toutes les armes possibles et imaginables et tirer autant de balles qu’il veut.

Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication

khalfi

Depuis sa nomination en  2012, le ministre PJDiste mène des combats de Don Quichotte sur plusieurs fronts : à la télé d’abord, où ses nouveaux cahiers des charges ont plombé la production marocaine et précipité plusieurs boîtes dans un gouffre financier, sans pour autant améliorer la qualité de la programmation. Puis sur le terrain de la presse, où le ministre a prouvé, avec l’affaire Anouzla, sa capacité à avaler des couleuvres. Signe de grosse fatigue, il déclare au parlement avoir honte de regarder la télévision avec sa génitrice, et va jusqu’à comparer 2M à un bordel mexicain. S’il a perdu la guerre de la communication, il garde clairement l’énergie du désespoir.

Destination recommandée : Un séjour all inclusive dans la ville mexicaine de Tijuana.

article suivant

La polémique autour du collaborateur violent de Macron enfle

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.