Un an après le Danielgate, 22 associations manifestent

Une coalition associative manifeste contre Mustapha Ramid pour l’ouverture d’une enquête sur les violences qui avaient émaillé une manifestation dans l'affaire Daniel Galván.

Par

Aucune enquête n'a été ouverte depuis août 2013
Crédit : AFP

La Coalition marocaine des instances des droits de l’Homme, regroupant 22 associations, proteste contre Mustapha Ramid. Ses membres ont prévu de se rassembler à 15h, vendredi 1er août, devant le ministère de la Justice à Rabat. Ils réclament l’ouverture d’une enquête suite à une plainte déposée, il y a un an, en août 2013, par la Coalition contre le ministère de l’Intérieur. Le collectif pointe du doigt la dispersion musclée d’une manifestation contre la grâce royale accordée à Daniel Galván.

« C’est une manifestation essentiellement symbolique pour montrer que depuis un an rien ne bouge », explique Khadija Ryadi, ex-présidente de l’AMDH (Association marocaine des droits humains) et coordinatrice de la Coalition. Dans un cadre plus général, le collectif associatif appelle à « mettre fin à l’impunité ».

Qui a donné l’ordre ?

Pour rappel, suite à l’intervention policière ordonnée pour disperser les manifestants contre la libération du pédophile le 2 août 2013, Mustapha Ramid avait annoncé que la justice « allait mener des investigations sur l’intervention des forces de l’ordre contre les manifestants ». La plainte déposée par la Coalition a aussi pour but de « révéler qui est à l’origine de l’ordre (de disperser la manifestants) », selon Khadija Ryadi.

Le 30 juillet 2013, Daniel Galván, un détenu espagnol condamné à 30 ans ans de prison pour pédophilie, avait bénéficié d’une grâce royale. Des centaines de Marocains ont manifesté le 2 août 2013 contre cette libération. Dans un premier temps, la manifestation a été dispersée par les forces de l’ordre, mais les contestataires ont pu organiser de nouveaux rassemblements qui ont pu se dérouler sans heurts. La grâce accordée au pédophile a été retirée par la suite par le roi Mohammed VI. Daniel Galván purge actuellement le reste de sa peine en Espagne.

article suivant

Mines : le groupe indien Samta annonce des investissements de plus de 100 millions de dollars au Maroc