Graphique : l’huile d’olive en manque de compétitivité

Photo : DR

L’huile d’olive marocaine a toujours du mal à percer sur le marché mondial. Il faut dire que le Maroc nourrit de grandes ambitions pour une filière dans laquelle il n’est pas spécialisé. Le Plan Maroc Vert, censé faire de ce segment une véritable industrie, ne semble pas aboutir à de grandes réalisations. Selon la Direction des études et des prévisions financière (DEPF), relevant du ministère de l’Économie et des Finances, la part du Maroc sur le marché mondial de l’huile d’olive a oscillé entre 0,5 et 4 % entre 2002 et 2012. En effet, les exportations marocaines d’huile d’olive sont caractérisées par une grande fluctuation. De plus, le faible niveau technologique et la dépréciation de la qualité de la matière première rendent l’huile d’olive marocaine insuffisamment adaptée aux standards internationaux. La Tunisie dispose, par exemple, de l’avantage comparatif le plus élevé parmi les principaux pays exportateurs d’huile d’olive, compte tenu de sa forte spécialisation dans ce produit. La Grèce et l’Espagne disposent également d’avantages comparatifs importants. En 2012, le Maroc était le 10e fournisseur mondial d’huile d’olive alors qu’il était 6e en 2010.  

huile dolive

(Evolution de la production oléicole en KT)

article suivant

Felipe VI : "Nos relations avec le Maroc sont stratégiques"

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.