Israël tue 4 enfants sur la plage à Gaza

4 enfants qui jouaient sur la plage de Gaza ont été tués par des frappes israéliennes mercredi 16 juillet dans l'après-midi.

Par

A Gaza, les enfants courant sur la plage avant la chute du second obus israélien.
Les enfants courant sur la plage avant la chute du second obus.

Le groupe d’enfants jouait au football sur la plage quand un premier obus s’est abattu sur une cabane sur la digue du port de pêche. Les enfants se sont alors mis à courir. Un second obus est tombé sur la plage peu après. Sur les quatre enfants tués, deux avaient 10 ans, un 9 ans, et un autre 11 ans . Parmi les blessés, il y a aussi 5 enfants.

Les événements ont eu lieu sous les fenêtres d’un hôtel où résident de nombreux journalistes étrangers. Les images du drame ont fait le tour des rédactions. Un coup dur pour Israël dans la guerre des images.

L’armée israélienne, qui a reconnu dans un communiqué être à l’origine de « l’incident », a annoncé avoir ouvert une enquête. Selon Tsahal, les tirs visaient des « terroristes du Hamas ». Quelques heures avant ces frappes, l’armée israélienne avait averti la population en lançant un appel à l’évacuation, mais sans préciser quels sites seraient sûrs. Le porte-parole de Tsahal a précisé que la zone attaquée a été utilisée par le Hamas comme site de lancement de roquettes, avant de dénoncer  « l’utilisation cynique de résidents de la bande de Gaza par le Hamas, qui les détient en otages ». Il a toute fois admis une « erreur d’identification » des enfants, assimilés à des combattants du Hamas en fuite.

Le correspondant de The Guardian à Londres, Peter Beaumont, présent à la terrasse de l’hôtel au moment du tir, a critiqué cette version :

Vous ne pouviez pas les confondre, même à travers la fumée, il était évident qu’il s’agissait d’enfants dont le plus âgé avait 13 ans. C’était des enfants en haillons, en short de pêcheur.

Le Hamas a rejeté le cessez-de-feu négocié par l’Egypte auprès d’Israël, lundi 14 juillet, voté par le gouvernement israélien le lendemain à 9h. Un accord de cessez-le-feu provisoire, à titre humanitaire, a été trouvé jeudi 17 juillet.

article suivant

3 juillet, 18h : 319 nouveaux cas en 24 heures, 13.288 au total