Il crée un royaume en Afrique pour réaliser le rêve de sa fille

Un père de famille américain érige un royaume sur un territoire inhabité en Afrique pour honorer la demande de sa fille qui voulait devenir princesse.

Par

Jeremiah Heaton
Jeremiah Heaton, sa fille, et le drapeau de son "royaume du Nord-Soudan". Crédit : page Facebook de Jeremiah Heaton.

Jusqu’où est prêt à aller un père pour honorer une demande de sa fille ? Un Américain dénommé Jeremiah Heaton a effectué un périple en Afrique de l’Est pour s’offrir un territoire inhabité. Il entend ainsi honorer la promesse faite à sa fille, qui veut devenir une véritable princesse, rapporte le journal américain le Washington Post.

Sur son compte Facebook, Jeremiah Heaton relate qu’un jour, sa fille Emily lui a demandé, « Papa, est-ce que je serai une vraie princesse un jour ? », « Oui, bien sûr », lui  a-t-il répondu.

« A ce moment-là, je n’avais aucune idée sur la façon dont je pourrais honorer sa demande, mais je savais que je devais trouver un moyen de le faire », explique-t-il. Alors débute pour le papa d’Emily, des semaines de recherche en ligne sur les territoires non revendiqués dans le monde. Il tombe sur Bir Tawil, un territoire isolé de 2000 km2 de désert aride, situé entre le sud de l’Égypte et le nord du Soudan. Il y plante, le 16 juin, le jour du septième anniversaire d’Emily, un drapeau bleu avec quatre étoiles et une couronne conçu par ses enfants, sur une colline rocheuse et crée ce qu’il appelle le « royaume du Nord-Soudan ».

Photo de la page Facebook de Jeremiah Heaton.
Jeremiah Heaton après avoir planté le drapeau bleu sur une colline rocheuse. Photo Facebook de J. Heaton.

« Il est établi comme une monarchie souveraine, avec moi en tant que chef d’État, et Emily devenant une véritable princesse », explique Jeremiah Heaton. « Je voulais montrer à mes enfants que j’irai jusqu’au bout de la terre pour réaliser leur souhait et leur rêve », ajoute-t-il.

Il attend la reconnaissance de l’Union africaine

Jeremiah Heaton s’est lancé dans la recherche du territoire Bir Tawil avec l’autorisation des autorités égyptiennes, selon le Washington Post. Mais les représentants des ambassades égyptiennes et soudanaises à Washington n’ont pas fait de commentaire. Le territoire, qui selon les cartes égyptiennes se trouve au Soudan, et selon les cartes soudanaises en Egypte, est considéré en droit international comme « terra nullius », c’est-à-dire un territoire n’appartenant à personne.

La prochaine étape dans le plan de Heaton est d’établir des relations avec le Soudan et l’Égypte en convertissant son « royaume » en un centre de production agricole comme ses enfants, en particulier Emily, le souhaitent. La petite fille souhaite aussi que tous les enfants de la région puissent avoir assez de nourriture pour vivre. Mais le territoire a besoin de la reconnaissance de l’Union africaine pour reconnaître officiellement son royaume et Heaton se dit confiant quant à l’issue du processus. Il aurait aussi besoin de reconnaissance juridique des pays voisins, de l’Organisation des nations unies ou d’autres groupes pour avoir un contrôle politique réel de la terre.

Jeremiah Heaton vit à Abingdon, dans l’État de Virginie. Il est père de trois enfants et travaille dans l’industrie minière.

article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée