Maroc-Mauritanie: réchauffement des relations en vue ?

Maroc-Mauritanie: réchauffement des relations en vue?

Mohammed VI est un des tout premiers chefs d’État à féliciter son homologue mauritanien Ould Abdel Aziz pour sa réélection. Cela augure-t-il un nouveau rapprochement entre les deux pays ?

Par

Mohamed Ould Abdelaziz a été réélu à plus de 80 % des voix en 2014 - Crédit : AFP

Le Maroc et la Mauritanie vont-ils de nouveau se rapprocher ? C’est ce que suggère le message envoyé par le roi Mohammed VI au président Ould Abdel Aziz, réélu dimanche 22 juin pour un second mandat de 5 ans avec 82 % des voix.

La missive de Mohammed VI, un des tout premiers chefs d’État à féliciter son homologue, anticipe sur le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui n’a pas encore adressé de message officiel à Ould Abdel Aziz.

Le roi y souligne l’attachement du Maroc « à continuer d’œuvrer de concert avec le président mauritanien pour consolider les relations de coopération entre [les] deux pays ». Mohammed VI adresse également ses « vœux les plus sincères […] pour la réalisation des aspirations du peuple mauritanien frère ».

La Mauritanie, traditionnellement proche du Maroc, s’était rapprochée de l’Algérie ces dernières années. Lors de sa première élection en 2009, Ould Abdelaziz s’est d’abord rendu en Algérie. La tension s’est confirmée en 2009, avec l’expulsion pour « espionnage » du directeur de l’agence officielle marocaine MAP en Mauritanie. A l’époque, les deux pays se concurrençaient pour un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, remporté finalement par le Maroc. En décembre 2012, la tension s’est maintenue. L’accueil réservé au ministre d’État marocain Abdellah Baha, venu assister au deuxième congrès du parti Tawassoul est des plus froids, et contraste avec celui dont a bénéficié un émissaire du Polisario reçu par le président lui-même. Fin diplomate, Baha avait rétorqué à la presse qu’il s’agit d’un « nuage d’été qui finira par se dissiper ».

Le message diplomatique que vient d’envoyer le roi du Maroc contribuera-t-il à cela ?

Lire aussi : Rabat-Nouakchott. La crise silencieuse

article suivant

Nous, citoyennes et citoyens marocains, déclarons que nous sommes hors-la-loi

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.