Wessal. Le nouveau visage de la marina

Projet Wassel Casa-Port. Crédit : DR.

Les investisseurs des pays du Golfe nourrissent de grandes ambitions pour les projets touristiques du Maroc. Le fonds souverain Wessal Capital met le cap sur la marina de Casablanca en y investissant 6 milliards de dirhams.

La zone portuaire de la capitale économique du Maroc change de visage. Et ce sont les investisseurs des pays du Golfe qui en dessinent les contours. Il faut dire qu’ils n’ont pas seulement vocation à accorder des dons au Maroc. Après Casablanca Marina, porté par une filiale de la CDG, un autre projet d’immobilier touristique verra le jour sur le littoral atlantique. Mené par Wessal Capital, un fonds souverain des pays du Golfe et du Maroc, Wessal Casablanca Port a pour finalité la reconversion d’une partie de la zone portuaire de la capitale économique en s’insérant entre Casablanca Marina et l’actuel port de commerce. D’un coût de 6 milliards de dirhams, ce méga-chantier ambitionne de créer un nouveau centre urbain à l’échelle de la ville et de son agglomération, de mettre en valeur le quartier historique de la médina et son littoral touristique, et surtout d’identifier désormais Casablanca en tant que destination phare du tourisme de culture, d’affaires et de croisière. Une enveloppe supplémentaire de près d’un milliard de dirhams sera mobilisée pour les infrastructures, dont 450 millions pour le nouveau port de pêche, 100 millions pour le terminal de croisière et 500 millions pour le transfert du chantier naval. Huit conventions liées à ce projet ont été signées après une présentation officielle en présence de Mohammed VI, le 1er avril à Casablanca.

Wessal Casablanca Port est par ailleurs le premier d’une série de projets que compte déployer le fonds souverain Wessal Capital au Maroc. Ce projet va être édifié sur une superficie globale d’environ 12 hectares de terre-pleins. « Pour l’instant, rien n’a encore été décidé quant au choix des promoteurs immobiliers qui porteront le projet. C’est le cas aussi pour la partie logistique du futur chantier portuaire. Nous sommes encore à la genèse du projet », informe une source proche du dossier.

Capitaux du Golfe

Le fonds souverain Wessal Capital ne date pas d’hier. Créé en 2011 pour soutenir la stratégie touristique du Maroc Vision 2020, le lancement de Wessal Casablanca Port est sa première opération. Il a d’ailleurs été doté de 2 milliards d’euros lors de sa création et constitue de facto le plus important fonds souverain d’Afrique. Le montage de Wessal Capital a été chapeauté, à l’époque, par Yassir Zenagui, alors ministre du Tourisme, et avait pour mission de drainer les capitaux du Golfe pour appuyer les objectifs de la Vision 2020. Présenté comme un levier d’investissement de nouvelle génération, le fonds est réparti à parts égales (25%) entre les quatre Etats investisseurs. Il s’agit des Emirats arabes unis (Aabar Investments PJS), l’Etat du Koweït (Al Ajial Investment Fund Holding), le Qatar (Qatar Holding LLC) et le Maroc via le Fonds marocain de développement touristique (FMDT). A ces pays s’ajoute l’Arabie Saoudite, représentée par le fonds souverain Public Investment Fund. Ce qui porte l’enveloppe globale d’investissement en fonds propres à 3,4 milliards de dollars (l’équivalent de 29 milliards de dirhams). En plus de Wessal Casablanca Port, le fonds dispose de deux autres sociétés de gestion de projets. Il s’agit de Wessal Bouregreg à Rabat (vallée du Bouregreg) et Tanger Marina (port de plaisance de Tanger). La quatrième structure, Wessal Capital Asset Management, assure pour sa part la gestion des trois autres sociétés.

Un centre urbain intégré

Wessal Capital voit grand. Son projet s’articule autour de plusieurs composantes immobilières. La nouvelle marina disposera d’infrastructures pour le tourisme de plaisance en proposant une base de 200 anneaux. Des services annexes sont également prévus afin de répondre aux besoins de la clientèle du monde nautique. La marina sera bordée de résidences en installant un nouvel espace de vie économique, sociale et culturelle pour les Casablancais. Un espace de 53 000 m² sera par ailleurs réservé aux bureaux autour de la marina. Le projet prévoit également un ensemble de commerces étalés sur 63 000 m2 et structuré autour du port de plaisance. Wessal Casablanca Port prévoit de bâtir la plus grande cité des sciences en Afrique avec une superficie de 14 000 m². A cela s’ajoutent une bibliothèque scientifique qui abritera un centre culturel de 5000 m² et disposera de 750 places assises pour suivre les activités pédagogiques interactives dédiées à la science et la technologie, un laboratoire spatial et un centre de documentation scientifique.

Le projet permettra l’allocation d’une enveloppe de 300 millions de dirhams pour la deuxième phase de réhabilitation de l’ancienne médina. Le principal objectif de ce chantier est de transformer ce quartier en moteur de requalification urbaine avec la remise à niveau des équipements de base. Finalisée en 2013, la première phase de réhabilitation de l’ancienne médina était également dotée d’une enveloppe budgétaire de 300 millions de dirhams. Le financement était assuré par le ministère de l’Intérieur (100 millions) et le Fonds Hassan II pour le développement social et économique (200 millions).  

article suivant

Transport, administrations, cafés : le pass vaccinal adopté à partir de ce jeudi 21 octobre (Officiel)