Concurrence. La presse écrite va mal

Concurrence. La presse écrite va mal

Par

Selon l’OJD (l’Office de justification de la diffusion), les ventes de la presse écrite ont reculé de 20 à 25 % en 2013. En effet, la consommation des journaux quotidiens par les Marocains ne dépasse pas les 300 000 exemplaire par jour. A l’origine de cette chute, la presse électronique est le coupable tout désigné. Un média nouveau que le ministère de tutelle a du mal à canaliser.  « Au niveau du ministère, nous avons enregistré seulement 30 sites électroniques d’information sur les 500 qui s’annoncent comme tels. Pour bénéficier d’une éventuelle subvention, il faut que ces journaux en ligne s’interdisent de plagier le contenu de la presse écrite », a déclaré le ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi, interviewé à ce sujet durant le JT de la chaîne 2M.  

article suivant

Pourquoi les matchs de l'équipe nationale ne sont-ils pas diffusés sur les chaines publiques ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.