Si vous aviez une seule demande à faire à Mohammed VI… Que lui diriez-vous ?

Si vous aviez une seule demande à faire à Mohammed VI… Que lui diriez-vous ?

Des personnalités politiques, des figures de la société civile, des “people” et des VIP du monde des arts, mais aussi des anonymes, beaucoup de citoyens lambda… Au total, 100 personnes ont accepté de jouer le jeu. Le résultat est assez révélateur des aspirations des Marocains, des plus pointues aux plus générales. Au-delà des vœux personnels, certaines requêtes reviennent en boucle… Et vous, alors, que demanderiez-vous au roi ?

Hamza Izani, 18 ans, SDF

“Je veux une place dans un orphelinat”

“Tout ce que je veux, c’est qu’il me trouve une place dans un orphelinat. Après le décès de ma mère, mon père s’est remarié et m’a mis à la porte alors que j’avais à peine 7 ans. Depuis je vis dans la rue, mendie, et passe le plus clair de mon temps à chercher un endroit calme et protégé où je peux dormir sans me faire agresser. Je ne lui demande donc pas grand-chose, juste avoir un toit sur la tête, le temps pour moi de trouver un petit boulot et de mener enfin une vie normale.”

Meryam Demnati, 54 ans, militante amazighe

“Séparer éducation et religion”

“Je demanderais une réforme radicale et rationnelle du système éducatif marocain. Submergé par un référentiel religieux statique et révolu, bâti sur l’exclusion de l’autre et la coercition intellectuelle, notre système éducatif tue tout effort de réflexion, tout esprit critique, de relativité et d’ouverture. Il faut le libérer de la mentalité religieuse passéiste qui enrobe toutes les disciplines et qui est déconnectée de la réalité sociale actuelle. A une époque où l’on observe partout dans le monde une montée du sectarisme et de l’obscurantisme, cette réforme est plus que jamais urgente.”

Ziane Mansour, 31 ans, comptable

“Ne plus se mêler de foot”

“Je lui demanderais de m’ouvrir les portes de sa bibliothèque. Je suis sûr qu’il dispose de milliers d’ouvrages. J’aimerais avoir une idée de ce que lit le roi, des œuvres qu’il a appréciées et des livres qui l’ont marqué. J’imagine qu’il possède toutes sortes de bouquins sur la politique, l’histoire, la société et même des romans d’amour. Tout m’intéresse. Dans un registre différent, je lui demanderais d’éviter de se mêler des affaires du sport, notamment le football. J’en profiterais aussi pour lui glisser quelques mots d’encouragement car il porte de lourdes responsabilités sur ses épaules et cela doit être pesant.”

Amine Bendriouech, 28 ans, créateur

“Porteriez-vous une de mes créations ?”

“Mohammed VI me fascine, j’ai donc plusieurs questions à lui poser. Je commencerais par celle-ci : “Majesté, est-ce que vous porteriez l’une de mes créations ?” J’aimerais réellement savoir ce qu’il pense de mon travail, même si je ne suis pas certain qu’il sache que j’existe. Je lui poserais également des questions concernant ses habitudes vestimentaires, ce qu’il aime, s’il choisit ses vêtements lui-même, combien il mesure, ou encore quelle est sa pointure.”

Mustafa Melloul, 53 ans, éboueur

“Retraite et mutuelle pour tous”

“La retraite et la mutuelle pour tous les Marocains qui travaillent. Il y a trop de personnes qui se tuent à la tâche, mais qui sont employées dans des entreprises qui ne les déclarent pas. C’est déprimant de se dire que si on a un accident, on ne pourra compter que sur la famille pour nous aider. Il y a quelques années, je travaillais comme ouvrier sur un chantier et j’ai reçu une machine sur le crâne, j’ai failli y passer. Je n’ai toujours pas été indemnisé. J’ai poursuivi mes employeurs en justice, mais le procès traîne toujours.”

Khalid Hazbi, 24 ans, sans travail fixe

“Que la police me laisse tranquille”

“J’ai eu mon bac en 2007. Depuis, je vends des kleenex pour gagner tout juste 40 DH par jour. J’aimerais qu’il demande aux policiers d’arrêter de me harceler et de saisir ma marchandise sous prétexte que je n’ai pas d’autorisation pour vendre mes mouchoirs dans la rue. Ou bien qu’il me fournisse un travail, peu importe lequel, pourvu que je puisse gagner ma vie et subvenir aux besoins de ma mère qui est veuve et de mon frère au chômage.”

Driss Roukh, 49 ans, acteur

“Restructurer le cinéma… et virer Gerets”

“Il est urgent de restructurer le secteur du cinéma au Maroc et je pense que le roi est le seul capable de prendre l’initiative de la création d’un conseil supérieur du cinéma où peuvent siéger des professionnels, des intellectuels et des politiciens. Pour rompre avec la seule vision récréative de l’art, ce conseil permettra de faire du cinéma une véritable industrie et une économie pour résorber le chômage et créer de la valeur ajoutée. Enfin, j’espère que le roi nous débarrassera de l’entraîneur Eric Gerets et nommera à sa place un coach marocain.”

Aicha Echenna, 71 ans, présidente de Solidarité féminine

“Une loi pour les mères célibataires”

“Je lui demanderais de faire passer une loi qui dispense les enfants de mères célibataires de fournir le nom de leurs pères (Al ism attoulati) lors de l’inscription à l’université, une obligation qui empêche beaucoup d’entre eux de poursuivre leurs études supérieures. Puis, en tant que femme retraitée, je lui demanderais de revaloriser les pensions, de manière à permettre à des gens qui ont travaillé toute leur vie de préserver leur dignité et leur autonomie, une fois arrivés à l’âge de la retraite.”

Larbi El Hilali, 37 ans, blogueur

“Faire le ménage dans son entourage”

“La proximité avec vous est devenue un ascenseur social. Vos amis et anciens camarades de classe sont devenus des intouchables voués au culte des réseaux de l’argent et du pouvoir. On ne compte plus les gens qui se lancent envers vous dans d’hypocrites entreprises de séduction et de servilité pour accéder au sésame de la proximité royale. A-t-on seulement le droit, sans blasphémer, de vous demander de faire le ménage dans votre entourage ? Quel message envoyez-vous aux jeunes et au pays en confirmant vos proches dans leurs pratiques condamnables un an et demi après le Printemps arabe ?”

Mohamed M’jid, 96 ans, acteur associatif

“Recomposer les partis politiques”

“Je voudrais qu’il recompose les partis politiques. Ils sont incapables à l’heure actuelle de présenter un bilan autre que leur course aux maroquins pour mieux exploiter les Marocains. Leur quête de privilèges les aveugle. Toutes les personnes que j’ai rencontrées dans le Maroc profond m’ont dit la même chose : elles ne voient les politiciens que lors des campagnes électorales, puis ces derniers disparaissent après le vote.”

Amina Hilali, 33 ans, esthéticienne

“Avoir mon propre salon”

“Je lui demanderais de m’offrir un salon d’esthétique. Cela fait bientôt 15 ans que je travaille pour des patrons et que je suis payée à la commission. J’ai pris un crédit immobilier pour m’acheter une maison, que je dois rembourser sur 25 ans. Alors un petit coup de pouce ne serait pas de refus ! J’aimerais beaucoup­ avoir ma propre entreprise, pouvoir embaucher des gens et former des jeunes qui étudient l’esthétique ou la coiffure, mais ce n’est pas évident d’entreprendre dans ce pays.”

Othman Chérif Alami, 60 ans, patron d’Atlas voyages

“Un pays beau et tolérant”

“Je lui demanderais de continuer d’œuvrer pour que ce pays soit encore beau, démocratique, libéral, tolérant et ouvert à l’international. Tout en faisant en sorte que l’ensemble des forces vives s’unissent pour doubler le PIB tous les dix ans. Je luis demanderais de multiplier les actions susceptibles de promouvoir l’éducation, l’intelligence et l’innovation, dans une dynamique générale de win-win. J’espère aussi que la vision 2020 du tourisme sera réalisée et achevée dans les délais et dans l’intérêt général des régions.”

Mehdi Faouzi, 31 ans, banquier

“Annuler le projet de TGV”

“Je voudrais qu’il intervienne directement pour la mise en place d’une politique sociale plus efficace afin de réanimer le secteur de la santé, révolutionner le système scolaire, rehausser le Smig (qui ne suit pas la flambée du coût de la vie), faire des économies en annulant, par exemple, le fameux projet du TGV dont je ne vois pas les retombées sur l’avenir d’un pays très défaillant en matière d’infrastructures de base. Et puis, je lui suggérerais d’intervenir pour recruter un bon entraîneur pour notre équipe nationale, car depuis que Gerets est là, le Maroc enchaîne les contre-performances.”

Mohamed Ouzzine, 43 ans, ex ministre de la Jeunesse

“Nous accorder sa patience ”

“Excusez-moi mais je demanderais plutôt deux choses. Que le roi nous accorde, en tant que gouvernement, sa bienveillance et sa patience, le temps qu’on lui présente des résultats concrets et dignes de sa confiance. Ma deuxième demande est de réserver plus de moyens aux jeunes de notre pays pour qu’ils puissent vivre pleinement leur citoyenneté dans un esprit de liberté et d’ouverture. Quitte à reprendre une évidence, la jeunesse est l’avenir du Maroc.”

Naima Zitane, 45 ans, femme de théâtre

“Remplacer Benkirane”

“Sans hésiter, je demanderais au roi de remplacer le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. Le Maroc mérite mieux qu’un chef politique qui fait dans l’absurde et le populisme stérile. Je vois bien Amina Benkhadra occuper ce poste. En plus d’être une femme, elle est intelligente et ses compétences ne sont plus à prouver. Je pense qu’elle a tout ce qu’il faut pour occuper ce poste et nous épargner les blagues lourdes de Benkirane et ses discours fleuves sur le prix de la banane

 

article suivant

Crise à la RAM : L'accord suspendu au référendum des pilotes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.