Polémique. Salafistes, le retour ?

Par

Les salafistes redonnent de la voix. Trois idéologues de la mouvance islamiste ont récemment signé des tribunes où ils soutiennent Abdallah Nahari, prédicateur accusé d’avoir appelé au meurtre du journaliste Mokhtar Larhzioui, à cause de ses prises de position en faveur des libertés individuelles. Hassan Kettani, Omar Haddouchi et Abou Hafs ont ainsi publié des textes où ils attaquent sans ménagement le rédacteur en chef d’Al Ahdat Al Maghribia (qu’ils traitent de tous les noms) et appellent à une mobilisation générale autour de Nahari. Omar Haddouchi va encore plus loin en appelant à appliquer les châtiments prévus par la Charia (Al houdoud) contre Larhzioui ! Abou Hafs enfonce le clou en affirmant que “le Maroc de 2012 n’est pas celui de 2003”, faisant notamment référence au poids dont jouissent actuellement les courants islamistes dans la société. Comment expliquer une telle sortie ? “C’est une sortie organisée pour laquelle les chioukh se sont concertés, confie cette source proche des milieux salafistes. La nature a horreur du vide. Vu qu’aucune instance religieuse officielle n’a pris position, ce sont les associations, les anonymes, certains partis et maintenant les chioukh salafistes qui se saisissent de l’affaire. Deux camps sont en train de se dessiner, l’un prônant la défense de la liberté, l’autre celle de la morale”, conclut notre source.

article suivant

Hammouchi a reçu le chauffeur du triporteur agressé par un policier

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.