Sahara. Virage risqué

Par

La diplomatie marocaine est sur le qui-vive. A quelques semaines du vote d’une nouvelle résolution du Conseil de sécurité concernant le Sahara, le royaume veut à tout prix éviter une mauvaise surprise. Cette semaine, un paragraphe contenu dans le rapport du SG  onusien a en effet alerté les diplomates marocains. Ban Ki Moon y affirme en substance que “la Minurso n’est pas dans la capacité d’exercer pleinement ses fonctions de surveillance et de maintien de la paix et d’observation”. La mission onusienne, poursuit le SG de l’ONU, “ne dispose pas de toute l’autorité pour contrecarrer l’effritement de son rôle”. Serait-ce un prélude à l’élargissement des prérogatives de la Minurso vers des missions politiques et de protection des droits de l’homme ? Inacceptable, répond le Maroc, qui y voit une atteinte à sa souveraineté. Le royaume, qui siège depuis janvier 2012 au Conseil de sécurité, a même déjà entamé une campagne de sensibilisation auprès des membres permanents du Conseil. Si le soutien américain et français semble acquis, celui de la Russie reste à décrocher.

 

article suivant

Les tares de l’ONMT pointées par un rapport parlementaire

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.