Procès militaire

Par

Prévue le 13 janvier au tribunal militaire de Rabat, l’ouverture du procès des Sahraouis poursuivis dans le cadre de l’affaire Gdeim Izik a été reportée sine die. Pour leur avocat Leili Mohamed Fadel, ce report est illégal, car “décidé par le Parquet et non par le juge”. De lourds chefs d’accusation, comme le meurtre avec préméditation d’agents d’autorité, pèsent sur les 23 personnes arrêtées au lendemain du démantèlement du camp sahraoui. Ils risquent jusqu’à la peine capitale.

article suivant

L'optimisme du Maroc et du Nigéria suffira-t-il à réaliser leur gazoduc ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.