essentiel

Enquête: quand les médecins du privé vous arnaquent

Enquête: quand les médecins du privé vous arnaquent
février 01
18:26 2018
Partager

Césariennes, dialyses, opérations injustifiées, paiement au noir... De nombreux médecins du privé ont construit un vrai business en soignant leurs patients.

Dossier réalisé par Elsa Walter, avec Hassan Hamdani

Pour beaucoup de médecins du secteur privé, les patients sont devenus des vaches à lait. Césariennes, dialyses, opérations injustifiées, paiement au noir... Soigner les gens n'est pas un sacerdoce pour eux, mais un business juteux bâti sur des pratiques illégales et immorales. Dans le dossier du n°797 du magazine TelQuel, en kiosque dès le 2 février, nos journalistes ont mené l'enquête.

unnamed

Le dossier de la semaine aborde la question du flou judiciaire, les problèmes d'impunité quasi totale, des détails sur les différents types d'arnaques et comment cela est devenu la règle. Si vous-même avez été victime d'une arnaque médicale, quelle qu'elle soit,  et que vous souhaitez prendre la parole, n'hésitez pas à nous faire parvenir votre témoignage à cette adresse. Votre histoire pourrait être publiée dans les colonnes de notre magazine et sur notre site.

Voici un aperçu des arnaques dont sont victimes nombre de citoyens

Césarienne, cette vache à lait

En pole position de ces interventions sujettes à caution, la césarienne. "Moi, les accouchements par voie basse qui durent 17 heures, cela ne m'arrange pas vraiment". Ce sont les propos d'un gynécologue pratiquant dans une clinique privée de Casablanca. Ils sont rapportés par l'une de ses patientes.

Capture d’écran 2018-02-01 à 16.01.05
 Décomplexés, les obstétriciens privés sont nombreux à annoncer d'emblée la couleur à leurs patientes: une césarienne ou rien. Si elles veulent accoucher par voie naturelle, il faudra aller voir ailleurs. La raison ? Depuis que son tarif a été revalorisé de 6.000 à 8.000 dirhams en 2011, les médecins ont de plus en plus recours à la césarienne.

L'histoire d'une patiente d'une clinique privée de Casablanca en témoigne. "Alors que ma grossesse approchait de son terme, mon gynécologue m'a dit que j'avais un déficit de liquide amniotique qui nécessitait une césarienne en urgence. Je suis allée prendre l'avis d'un autre praticien, qui m'a infirmé le diagnostic: mon fœtus se portait très bien et j'ai finalement accouché par voie basse quelques jours plus tard. J'ai par la suite appris que mon premier gynécologue partait en vacances la semaine suivante", raconte-t-elle.

Dialyses à gogo

La dialyse est aussi un acte médical pour lequel les médecins sont pointés du doigt. Et là, pas d'arguties entre diagnostic médical ou opération purement financière comme pour la césarienne. On peut parler clairement d'arnaques de certains centres d'hémodialyse, perpétrées avec la complicité des malades. Le principe de l'escroquerie? Le néphrologue et le patient se mettent d'accord pour déclarer, à titre d'exemple, 13 séances à l'organisme assureur alors que seulement 10 sont effectuées. Ils se partagent ensuite la somme des 3 séances fictives selon une répartition négociée en amont.

"J'ai eu connaissance de cela, mais je ne peux pas vous dire dans quelle proportion on a recours à cette fraude. J'ignore s'il s'agit de cas rares ou de pratiques bien installées", confie le professeur Benaguida.

Honoraires abusifs et surfacturation

Dans la litanie des griefs des patients, on retrouve également les honoraires abusifs. Un moindre mal comparé à la surfacturation qui se classe quasi ex æquo sur le podium des doléances. La liberté des patients, censés se renseigner sur les tarifs des actes et même les comparer auprès de différents praticiens, est un argument qui revient régulièrement dans la bouche de tous les médecins auxquels nous avons parlé. Sauf qu'il ne tient pas compte de la situation de faiblesse physique et psychologique des personnes confrontées à la maladie.

APPEL A TEMOIGNAGES : Si vous aussi vous avez été victime d'une arnaque médicale, quelle qu'elle soit, écrivez-nous à [email protected]

Retrouvez l'intégralité de notre dossier dans le n°797 du magazine TelQuel, en kiosque dès le 2 février. 

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss