Politique

Gouvernement: se dirige-t-on vers un nouveau blocage?

Crédit : Tniouni
Gouvernement: se dirige-t-on vers un nouveau blocage?
décembre 26
10:23 2017
Partager

Quels seraient les successeurs des ministres limogés en octobre ? Personne n’a de réponse. Pas même le chef du gouvernement, qui se terre dans le silence. C’est qu’un nouveau blocage se profile à l’horizon, au grand dam des ministères sensibles pris en otages.

Limogés le 24 octobre par Mohammed VI, trois ministres et un secrétaire d’Etat n’ont toujours pas été remplacés. Une situation d’autant plus alarmante que parmi les départements dépourvus de chef figurent ceux de la Santé et de l’Education nationale, des secteurs stratégiques considérés comme une priorité nationale.

Que cache donc ce retard ? Ce que l’on sait, c’est que le PPS et le Mouvement populaire, les deux formations dont les ministres ont été balayés par le "séisme politique", ont soumis la liste de leurs ministrables il y a quelques semaines déjà. Depuis, silence radio ! "Il n’y a rien de nouveau", se contente de nous répondre une source autorisée à la primature. En clair, c’est le flou total. Un deuxième blocage à l’horizon ?

Silence gouvernemental

Si prompt à chercher des successeurs à Mohamed Hassad, Nabil Benabdallah, El Houssaine Louardi et Larbi Bencheikh, le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, a entamé les premières consultations fin octobre, soit moins d’une semaine après le limogeage royal.

Pour remplacer ses ministres limogés, dont son propre patron, le PPS proposait moins d’un mois plus tard ses "candidats" : il s’agit de Saïd El Fekkak, ex-SG de la jeunesse du parti, Abdelouahed Souhail, ancien patron du CIH et ex-ministre de l’Emploi sous Benkirane I, Rachid Rokbane, ancien chef du groupe parlementaire du PPS, Anas Doukkali, DG de l'ANAPEC, Abdelahad El Fassi et Mostafa Braïmi, membres du bureau politique.

Idem pour le parti de l’épi qui a tenté de trouver des remplaçants à Mohamed Hassad à l’Éducation et Larbi Bencheikh à la Formation professionnelle. Quid du ministère délégué chargé des Affaires africaines ? Affaire tranchée ou presque, nous chuchote un responsable gouvernemental: "Il devrait revenir à Mounia Boucetta [secrétaire d’Etat au département de Nasser Bourita, qui assure d’ailleurs le suivi des projets africains, ndlr]".

C’est dire qu’il ne manquait que la nomination royale, que certains journaux s’empressaient de prévoir au lendemain du retour de Mohammed VI d’Abidjan le 30 novembre. Cela n’a pas été le cas. Pourquoi ? Mystère. "Je n’ai strictement rien à vous dire. Ce qu’on devait faire, on l’a fait, nous. On nous a demandé des noms, on les a donnés. Après, ça ne dépend plus de nous pour l’instant", nous explique simplement le patron du PPS Nabil Benabdallah.

Du côté du Mouvement populaire, c’est motus et bouche cousue. Qu’en dit Saad Eddine El Othmani ? Le patron du parti de la lampe n’a pas été en mesure de nous éclairer davantage. "Ils ont donné la liste au chef du gouvernement. C’est à son tour de faire son travail", sourit un de ses conseillers. Mais encore ? Bis repetita : "La situation n’a pas changé", répond notre interlocuteur, mystérieux.

Majorité dans le brouillard

Selon nos informations, la liste ainsi transmise au chef du gouvernement a été présentée au Palais — information que l’équipe du chef du gouvernement s’est refusée à confirmer ou à infirmer. Terreau favorable aux rumeurs, le silence de la primature donne lieu à toutes les spéculations. Ainsi est-il question, selon le site Alyaoum24, réputé proche du PJD, de noms qui n’auraient pas obtenu un aval "en haut lieu".

Le même journal va même jusqu’à affirmer que les contours d’un "remaniement élargi" se dessineraient, ce qui contredit le communiqué du cabinet royal du 24 octobre: "SM le Roi a chargé le chef du gouvernement de soumettre des propositions de nomination de nouveaux responsables dans les postes vacants".

D’autres sources proches des consultations, contactées par TelQuel, signalent que cette attente n’est pas étrangère au sort du patron du PPS, dont on veut tourner la page à l’approche du congrès qui doit élire une nouvelle direction. Bref, à mesure que le gouvernement se mure dans le silence, les rumeurs s’intensifient.

Toujours est-il qu’un second "blocage" semble se profiler à l’horizon. "La seule idée que j’ai en tête personnellement, c’est qu’il y a une sorte de second blocage, mais je n’ai pas d’information et je ne cherche pas à en avoir (…) J’ai l’impression que tout est fait pour mettre un terme à cette expérience", tranche Moulay Ismaïl Alaoui, ancien patron du PPS et actuel chef du conseil de la présidence.

Plus prudent, Khalid Naciri, membre du bureau politique, nous déclare que parler de blocage serait prématuré : "Je n’affirme pas qu’il s’agit d’un blocage. Je prends acte du fait que ça a pris du temps, ce qui est somme toute dans les normes marocaines habituelles, mais nous n’avons pas d’information précise sur la suite du processus".

Mais est-il normal qu’un parti impliqué dans les consultations soit ainsi dans le brouillard ? Et l’ancien ministre de la Communication de rétorquer : "Le concept même de normalité est à manier avec prudence. Finalement, qu’est-ce qui est normal ? Ce qui est normal, c’est ce qui est habituel, et dans ce cas-là nous sommes dans les normes marocaines."

Education et santé sans boussole

En attendant que le brouillard se dissipe, le ministère de l’Education nationale, dirigé par l’intérimaire Mohamed Laaraj, continue de naviguer à vue. Aux dépens d’une réforme arrachée au forceps et qui commençait à peine à s’imposer sous Hassad. Brisée dans son élan, la réforme pourrait connaître des blocages à son tour.

"Les équipes continuent à travailler sur la base du calendrier qu’on avait fait avec Hassad au sujet des préparatifs de la prochaine rentrée scolaire, mais à un moment, il faudra prendre des décisions politiques, ce qui n’est pas de notre ressort", nous explique une source au ministère.

Notre interlocuteur cite à titre d’exemple la révision des manuels scolaires, réforme qui nécessitera le lancement d’appels d’offres. "Va-t-on maintenir les mêmes choix faits avec Mohamed Hassad ou vat-on les changer ? Quels sont les niveaux scolaires qui seront touchés ? Quelles seraient les priorités ? Il y a aussi les négociations avec les syndicats… Tout ça nécessite des décisions politiques, car l’administration ne peut pas les prendre", énumère notre source.

Un flou loin d’arranger la situation de la Fédération nationale de l’enseignement : "Nous ne sommes pas au courant de l'avancement des dossiers car nous n'avons pas fait de réunion depuis le 25 juillet", regrette son secrétaire général, Abderrazzak Drissi.

Même écho du côté de Taïeb Chkili, président de la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire: "La convention pour engager les projets de généralisation du préscolaire n'a pas été signée par le ministre Mohamed Hassad". Pareil pour le ministère de la Santé, autre département sensible où plusieurs dossiers attendent. Une prise d’otages dont la rançon risque de coûter cher.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss