Economie

Ce qui a fait reculer le Maroc dans le classement Doing Business 2018

TO GO WITH AFP STORY BY GUILLAUME KLEIN A general view taken on June 5, 2015 shows the Tanger-Med container port in Ksar Sghir, near the northeastern Moroccan coastal city of Tangier. Since it has become a key point of commerce for the Moroccan economy, the port of Tanger-Med, one of the largest in Africa, continues its development under close surveillance with 500 security cameras and 700 electronic sensors to ensure the safety of the strategic crossing point of the Strait of Gibraltar. AFP PHOTO/FADEL SENNA / AFP PHOTO / FADEL SENNA
Ce qui a fait reculer le Maroc dans le classement Doing Business 2018
novembre 03
11:19 2017
Partager

Raccordement au réseau électrique, règlement de l'insolvabilité, l'obtention de prêts, l'exécution des contrats... Voici le détail des critères qui ont coûté au Maroc une place dans le classement du Doing Business 2018.

La place qu'occupe aujourd'hui le Maroc dans le Doing Business reste satisfaisante (69e mondial, 1er en Afrique du Nord et au 3e rang dans la région MENA). Ce score dépend du résultat global de nombreuses réformes dans différents domaines s’inscrivant dans les critères l'environnement des affaires. Le Royaume perd une place au classement général, notamment en raison du retard enregistré au niveau des indicateurs à caractère légal et réglementaire.

À ce titre, pour ce qui est du "raccordement au réseau électrique", le Maroc s'est classé au 72e rang perdant 15 places par rapport à son précédent classement. Cela résulte des nombreuses réclamations déposées par les entreprises. Cet indicateur permet d'évaluer les procédures, les délais, mais aussi les coûts d'accès à l'électricité supportés par les entreprises.

S'agissant du "règlement de l'insolvabilité", le Maroc perd trois places, se classant 134e. Renseignant sur le traitement des entreprises en liquidation ou encore en redressement judiciaire (recouvrements des créances, cadre juridique de l'insolvabilité...), cet indicateur n'a pu s'améliorer principalement à cause de l'inapplicabilité de la loi sur les délais de paiement afin de sauvegarder les entreprises en difficulté.

Indicateurs Doing Business 2018 Doing Business 2017
Raccordement au réseau électrique 72 57
Règlement de l'insolvabilité 134 131
Obtention de prêts 105 101
Transfert de propriété 86 87
Exécution des contrats 57 57

Pour ce qui est de "l'obtention de prêts", le Maroc perd 4 places, passant du 101e au 105e rang. Ce résultat s'explique en partie par les difficultés des petites et moyennes entreprises (PME) pour l'accès aux financements bancaires. Asmaa Morine Azzouzi, présidente nationale de l'Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc (AFEM), relève que "cette situation est difficile, en particulier pour ce qui est des conditions de financement à savoir l'obligation de présenter des garanties personnelles". 

Pour parvenir à un meilleur classement, "le Maroc doit investir dans le domaine de l'innovation, encourager davantage la création d'entreprises par les femmes et soutenir les universités et les étudiants pour la création de startups", ajoute-t-elle. 

De plus, pour le "transfert de propriété", le Maroc gagne une place, mais son score demeure insuffisant. Ceci est imputable aux multiples affaires de spoliation immobilière, trahissant un manque d'efficacité dans le dispositif de conservation foncière. À noter que, les frais de conservation sont les plus élevés, comparativement avec les pays de l'OCDE et de la région MENA.

Enfin, dans la rubrique "exécution des contrats", cette dernière mesurant le temps et le coût nécessaires pour la résolution d'un litige depuis le début de la procédure auprès d'un tribunal jusqu'à la réception d'un dédommagement du plaignant, le Maroc a maintenu son rang (57e).

Mathieu Fourcade, directeur ACTE International Maroc, affirme que compte tenu du "contexte politique de ce début d’année, le classement du Maroc dans le Doing Business 2018 peut être considéré comme satisfaisant. Ce dernier vient récompenser les projets structurants menés par plusieurs administrations publiques et acteurs du secteur privé. Ce score témoigne de la capacité du Royaume à maintenir le cap même en période de conjoncture politique défavorable".

Néanmoins, selon lui, "la solidité de ses assises ne doit pas occulter la réalité de son terrain où de nombreux chantiers doivent impérativement être pris en main pour relancer la compétitivité et la croissance des entreprises (délais de paiement, remboursement de TVA, accès à la formation professionnelle, lutte contre l’économie informelle). Les grandes lignes directrices du commerce extérieur doivent également être clarifiées et mieux négociées pour donner force à l’offre exportable marocaine".

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss