Economie

Ahmed Ammor, DG d'Alliances: "pour nos futurs partenaires, nous arrivons avec une mariée beaucoup plus présentable"

Crédit : Aicpress
Ahmed Ammor, DG d'Alliances: "pour nos futurs partenaires, nous arrivons avec une mariée beaucoup plus présentable"
octobre 03
19:14 2017
Partager

Après l'annonce des résultats financiers positifs au 1er semestre 2017, l'heure est maintenant aux projets de développement africains et à l'augmentation de capital pour le groupe immobilier Alliances.

Après deux années difficiles, Alliances relève la tête et envisage l'avenir avec sérénité. "En peu de temps, Alliances a réalisé des prouesses en matière de restructuration. Cela produit déjà des effets, mais va surtout avoir de forts impacts à partir de 2018", se félicite Ahmed Ammor, le directeur général, appelé à la rescousse en janvier 2016 pour remettre le groupe immobilier sur pieds.

Il avait convoqué un point presse le 3 octobre pour annoncer les bonnes nouvelles, se disant "heureux de rencontrer la presse, surtout après une période où il y a eu beaucoup de rumeurs et de fausses informations".

Lire aussi : Alliances poursuit sa restructuration (résultats du 1er semestre 2017)

Les perspectives à horizon 2018 prévoient un chiffre d'affaires à 4,2 milliards de dirhams, une évolution portée par "le renforcement de la cadence et le lancement de nouveaux projets".

CA prévision alliances

Concernant les frais financiers, ceux-ci ont connu une baisse importante de 70% en 3 ans, imputée au projet de restructuration. La baisse devrait se poursuivre pour atteindre 105 millions de dirhams d'ici 2018. La dette, qui était de 8,5 milliards de dirhams en 2015, devrait baisser à 2,9 milliards à fin 2017, dépassant l'objectif fixé à 3,5 milliards dans le plan de restructuration.

Frais financiers alliances

Le résultat net part du groupe (RNPG) devrait passer de 151 à 502 millions de dirhams entre fin de 2017 et 2018. "On doit être ambitieux, c'est un saut important, mais c'est en ligne avec l'évolution du plan de restructuration. L'impact de la réduction des frais de structure sera important, de même que la qualité des projets, qu'Alliances peut aujourd'hui se permettre de sélectionner de manière à consolider ses fondamentaux", estime Ahmed Ammor.

RNPG Alliances

"Les pays africains nous sollicitent de manière importante"

Alors que le groupe immobilier est déjà présent dans deux pays d'Afrique subsaharienne, il étudie actuellement la possibilité de s'étendre dans d'autres pays, "plutôt de l'Afrique francophone", confie le directeur général d'Alliances. Concernant les projets en cours, on relève la livraison des premiers appartements démarrée en Côte d'Ivoire, avec une finalisation de la première tranche prévue début 2018. "L'accueil par la population ivoirienne est très positif, car en termes de niveau de prestation nous avons souhaité faire un produit comparable à ce qui se fait au Maroc". Au Cameroun, le groupe a signé l'ensemble des marchés prévus et travaille sur 19 projets, dont 8 hôpitaux.

Ahmed Ammor confie être "sollicité de manière importante" par d'autres pays, mais s'engage avec prudence : "nous ne voulons prendre aucun risque, donc nous étudions les projets et les montages financiers, c'est une phase qui prend beaucoup de temps. Nous aidons à la réalisation des montages financiers avec nos partenaires bancaires marocains, peut-être pourrons-nous annoncer de nouveaux marchés dès l'année prochaine", avance le directeur général.

L'augmentation de capital "déjà bien avancée"

Alliances a déjà bien avancé dans son processus d'augmentation de capital : "nous avons déjà rencontré des partenaires potentiels, et nous avons deux rendez-vous la semaine prochaine. Nous voulions attendre de présenter les comptes au 30 juin 2017 pour montrer que, par rapport à l'élément clé qu'est la réduction de la dette qui impacte énormément les résultats futurs, nous sommes revenus  à un niveau normal. Nous avons déjà signé un mémorandum de confidentialité et nous allons commencer à travailler sur le montage de l'augmentation du capital", annonce Ahmed Ammor. "Il y a de l'appétit, nous sommes sollicités, car nous arrivons avec une mariée beaucoup plus présentable", promet-il.

Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss