insolite

A Settat, un examen de droit constitutionnel place Dieu à la tête du pouvoir politique marocain

Crédit DR
A Settat, un examen de droit constitutionnel place Dieu à la tête du pouvoir politique marocain
août 03
16:17 2017
Partager

À la faculté de droit de Settat, un professeur a imaginé sa propre version de la Constitution

"À la tête de la pyramide politique au Maroc, il y a Dieu, suivi du prophète [et] la présence du prophète est établie à travers son califat sur Terre qui a tous les pouvoirs. À la lumière de cette citation, analysez les prérogatives politiques et spirituelles du roi conformément à la constitution de 2011".

Ce drôle d’énoncé n’est pas tiré d’un Gorafi ou d’un Al Manchar. Il s'agit de l' intitulé d’un examen de droit constitutionnel rédigé par un professeur de la faculté de droit de Settat durant cette année scolaire.

Loin de faire rire, cet énoncé, qui a fait le tour des réseaux sociaux, a suscité  le mécontentement de Driss El Ganbouri, spécialiste des mouvances islamistes qui s’est exprimé sur sa page Facebook. "C'est un exemple du danger qui menace le Maroc et l'université marocaine, et de l'ignorance de certains professeurs universitaires (...) Dieu est devenu un leader politique, et le prophète un empereur (...) C'est la pensée salafiste radicale qui ravage nos facultés, et même le salafisme ne raisonne pas de cette manière", déplore le chercheur.

Le professeur Mohamed Khamriche, auteur de l'énoncé, a expliqué au quotidien Akhbar Al Yaoum que son but était de "diminuer la tricherie parmi les étudiants et évaluer leur niveau d’analyse". Une justification qui laisse encore plus perplexe que l’intitulé de l’examen.

Crédit DR

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss