Maroc

Maroc-Suède: Nabila Mounib prépare ses arguments pour Stockholm

Nabila Mounib, SG du PSU. Crédit: Yassine Toumi
Maroc-Suède: Nabila Mounib prépare ses arguments pour Stockholm
octobre 03
17:07 2015
Partager

Nabila Mounib préside la délégation de partis de gauche qui se rend dès dimanche 4 octobre à Stockholm. Eléments de langage.

La secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU), Nabila Mounib, qui préside une délégation de partis de gauche qui part dimanche 4 octobre en Suède, a livré quelques menus détails sur les préparatifs, et a révélé la teneur d’une réunion avec l’ambassadrice de Suède au Maroc, Erika Ferrer.

La délégation marocaine, présidée par le PSU, et qui comprend également l’USFP, le PPS et éventuellement le PAM, va donc partir dimanche 4 octobre pour une mission qui devrait se terminer le mercredi 7. Des réunions avec les forces de gauche suédoises sont prévues, sans plus de détails pour l'heure.

La secrétaire générale du PSU n’a pas encore livré le planning de cette visite, organisée en réaction au projet suédois de reconnaissance du polisario. En revanche, Nabila Mounib a évoqué la teneur de la réunion avec l’ambassadrice de Suède au Maroc, qui s'est déroulée vendredi 2 octobre.

La formation de gauche plaide pour une «solution politique pacifique durable et négociée » dans le cadre d’une « gestion autonome de cette région par les élites locales, sous l’égide de l’Etat marocain ».

Lire aussi: Abdelilah Benkirane dénonce un « parasitage » de la Suède

Nabila Mounib, seule femme à la tête d’un parti au Maroc et dont la formation est connue pour ses positions très à gauche, a voulu surtout montrer à la partie suédoise la différence entre la reconnaissance de la Palestine, qu’elle a saluée en tant que chefe d'un parti très à cheval sur cette question, et celle d’un « Etat au sud du Maroc sous la tutelle du régime algérien », qui ouvrirait la voie à « l’instabilité » et à la « barbarie » dans la région.

« L’Etat de Suède modèle de démocratie en Europe et défenseur des droits humains a été le premier pays à reconnaître l’Etat Palestinien. Mais son approche quand à la résolution du problème au Sahara ne saurait trouver une quelconque analogie », précise ainsi Mounib, pour couper court aux comparaisons.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss