Maroc

Dix mois de prison ferme pour le militant Hicham Mansouri

Hicham Mansouri. Crédit : DR
Dix mois de prison ferme pour le militant Hicham Mansouri
mars 31
09:48 2015
Partager

Le militant de la liberté de la presse était poursuivi pour « complicité d’adultère et préparation d’un local pour la prostitution ». Sa condamnation est qualifiée d’ « arbitraire » par plusieurs ONG.

Dix mois de prison ferme et 40 000 dirhams d’amende. C’est la peine à laquelle ont été condamnés à l’issue d’une audience qui a duré 10 heures Hicham Mansouri, chef de projet de l’Association marocaine des journalistes d’investigation (AMJI), et « la femme qui a été arrêtée en sa compagnie» pour « complicité d’adultère» selon son avocate, Me Naïma El Guellaf. Cette dernière a indiqué avoir interjeté appel. 

Les articles 490 et 491 du code pénal punissent les relations sexuelles hors mariage de peines allant d’un mois à un an de prison, et l’adultère de peines pouvant atteindre deux ans de prison. Mais Me El Guellaf estime que le procès a connu des « irrégularités». En effet, l’article 491 précise, en cas d’adultère, que « le parquet ne peut se saisir du dossier que dans le seul cas où le mari se trouve à l’étranger», alors que dans ce cas « le mari se trouvait au Maroc et n’a pas initié la plainte», indique l’avocate.

Contacté par Telquel.ma, le président du comité de soutien d’Hicham Mansouri et membre du bureau exécutif de l’ONG Freedom Now Maati Monjib a condamné ce jugement en le qualifiant d’ « arbitraire ».  Il estime que la culpabilité du membre de l’AMJI concernant les deux chefs d’accusation retenus contre lui n’a « pas été prouvée ». Maati Monjib affirme également que la femme, divorcée, qui était avec Hicham Mansouri au moment de son arrestation a « subi des pressions » mais a néanmoins insisté sur le fait que le militant « était exempt de tout reproche ».

Lire aussi: Liberté d’expression: Freedom Now dénonce un recul

Le militant est désormais considéré comme un « prisonnier politique  par la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme » indique Maati Monjib. De même, dans un communiqué relayé par l’Association marocaine des droits humains (AMDH), l’Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM) « condamne avec rigueur l’arrestation puis la détention » du militant.

Hicham Mansouri avait été interpellé à son domicile le 17 mars dernier par les autorités. L’arrestation avait été critiquée par l’AMJI, qui a dénoncé une « intrusion illégale » et qui a constaté « que la porte [de son appartement] avait été défoncée et que des vitres étaient cassées ». Ce à quoi la préfecture de la police de Rabat-Salé avait répondu dans un communiqué, évoquant une arrestation légale « en flagrant délit de préparation d’un local pour la prostitution et participation à un adultère avec une femme mariée dans l’appartement qu’il loue ».

Lire aussi: Arrestation du journaliste Adil Qarmouti de Hiba Press

Tags
Partager

Lire aussi

  • soraya

    (…) et rien ne changera, parce que le changement ne plait pas aux sujets
    de Sidna que dieu l’assiste!

    Les Mouatinounes affichent et non seulement se vantent de leurs traditions et
    remercient pour toute la baraka don de la Monarchie. Depuis
    l’arrivée de la Zaouïa
    pidijiste au parlement et la halalisation tous azimuts dans tous les domaines,
    les sujets de Sidna sont plus heureux et plus satisfaits. (le Must : ils ont même
    la police qui viole les domiciles privées pour vérifier si les militants et les
    journalistes se permettent de forniquer Haram dans le sacré territoire de la Oumma!)

  • soraya

    Etudes de sociologues très honnêtes
    ont conclu que , la culture musulmane se réfère à une autorité forte pour être
    respectée (dictature). Pendant que dans les sociétés occidentales les autorités
    tendent vers un pourvoir consensuel, qui donne à l’individu toutes les
    possibilités de recours avants la sanction (démocratie)…ce qui est interprété
    comme une faiblesse pour la culture musulmane. Voilà pourquoi les droits de
    l’homme, les droits civils, la liberté
    culturelle et sexuelle sont des aberrations qui offensent dans les sociétés
    musulmanes la mentalité des classes analphabètes, démunies très inclinent à
    afficher l’orgueil des traditions, des coutumes pour souligner l’appartenance
    ethnique & religieuse.

    La violence inouïe envers les
    journalistes dans votre commentaire m’indigne et prouve aussi que les
    populations musulmanes & arabes ont les régimes autoritaires qu’ils
    méritent. (à chacun son enfer)

  • Pingback: What changes to Morocco’s laws could mean for opposition groups - The Washington Post()

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss