Monde

ARCHIVES • Charb, directeur de Charlie Hebdo: «Je suis athée, pas islamophobe»

Charb. Crédit : AFP
ARCHIVES • Charb, directeur de Charlie Hebdo: «Je suis athée, pas islamophobe»
janvier 07
14:30 2015
Partager

Telquel.ma republie un entretien réalisé en 2012 avec le caricaturiste Charb, directeur de Charlie Hebdo.

Le 19 septembre, nos confrères français de Charlie Hebdo ont choisi de rebondir sur l’affaire du film Innocence of muslims,et la vague de colère qu’elle a déclenchée dans de nombreux pays arabo-musulmans, en publiant de nouvelles caricatures du prophète Mohammed. Le journal s’est vendu comme des petits pains mais il a attisé la colère et créé une nouvelle polémique. Fidèle à sa tradition, TelQuel fait le tour de la question en interviewant, à bâtons rompus, Stéphane Charbonnier, alias Charb, directeur de Charlie Hebdo. Si nous refusons de reproduire les caricatures, c’est parce que la loi nous l’interdit. Nous invitons par ailleurs nos lecteurs à se faire leur propre opinion en ayant pris connaissance de tous les éléments de ce qu’il est bien convenu d’appeler « l’affaire Charlie Hebdo ». Bonne lecture.

Racontez-nous cette fameuse couv’ : comment et qui a en eu l’idée ? Est-ce que tout le monde était d’accord au sein de la rédaction de Charlie ?

On a fait cette couv’ pour rebondir sur l’actu. On a utilisé l’image du prophète pour se moquer et ridiculiser L’innocence des musulmans, qui est une merde monumentale. C’est moi qui ai fait le dessin. Comme chaque semaine, le lundi matin, on se réunit à la rédac’ et on fait plusieurs dessins qu’on accroche au mur. Et plus tard, dans l’après-midi, on vote tous pour choisir celui qui sera en couv’. Là on hésitait entre celui de Luz, qui parodiait la fameuse scène dans Le mépris de Godard, où Brigitte Bardot dit : “Et mes fesses, tu les aimes mes fesses ?”, et le mien, qui fait référence au film Intouchables. On a finalement opté pour le mien en couv’, et gardé celui de Luz à l’intérieur du journal.

Pourquoi ?

Sans doute par optimisme… Dans Intouchables, deux personnes issues de milieux diamétralement opposés finissent par s’entendre et s’aimer. Ici, on représente un musulman dans un fauteuil roulant, poussé par un juif. Il y a donc, d’une certaine manière, un message de paix : on voudrait que les juifs et les musulmans s’aiment enfin, et qu’ils puissent rire d’eux-mêmes, de leurs travers, que les relations entre eux soient moins tendues. Mais si on est optimistes, on reste lucides. D’où le “faut pas se moquer” à côté des deux personnages, qui évoque la difficulté de ces deux communautés à avoir de l’humour. D’ailleurs, leurs réactions ne se sont pas fait attendre : le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) a condamné le numéro et, côté musulman, le Conseil français du culte musulman envisage de porter plainte.

Vous avez dû envoyer un exemplaire à la préfecture avant la parution du numéro. Comment expliquez-vous cette démarche ? Avez-vous déjà eu à le faire auparavant ?

Non, c’est la première fois. Cette démarche n’est ni “normale” ni obligatoire. Quand la préfecture m’a téléphoné pour me demander s’il était possible d’avoir un exemplaire de ce numéro, le journal était déjà à l’imprimerie. Je me suis exécuté et leur ai envoyé la couv’, mais je n’ai reçu aucune remarque à ce sujet. Bien sûr, il n’y avait aucune obligation ni contrainte de leur part. Sans quoi, j’aurais refusé et ça aurait débouché sur un véritable scandale : en France, on n’est pas soumis à la censure. Evidemment, ce qu’ils redoutaient le plus, c’est qu’il y ait une caricature du prophète en Une : il aurait alors fallu qu’ils prévoient un dispositif, des mesures de sécurité en conséquence.

Vous n’avez pas peur d’être attaqué ou que le siège de Charlie soit à nouveau incendié, comme l’année dernière lors de l’affaire “Charia Hebdo” ? Avez-vous reçu des menaces ?

Beaucoup de mails, de coups de fil, de lettres d’insultes, notamment de musulmans en colère qui expliquent dans le menu détail pourquoi, pour eux, il ne faut pas se moquer de l’islam ou du prophète… sont arrivés à Charlie. Mais un seul courrier comportait une menace de mort.

Ne craignez-vous pas pour votre intégrité physique ?

Je suis sous protection policière depuis un an, depuis l’affaire “Charia Hebdo”. C’est lourd au quotidien, surtout à Paris, d’être sans arrêt sous surveillance. Mais je n’ai pas peur des représailles. Je n’ai pas de gosses, pas de femme, pas de voiture, pas de crédit. ça fait sûrement un peu pompeux, mais je préfère mourir debout que vivre à genoux.

Ne craignez-vous pas un nouveau procès comme en 2007 ?

On n’en est plus au stade de la crainte, puisque plusieurs individus et associations ont entamé les démarches pour nous attaquer. Il va y avoir plusieurs procès a priori : une organisation syrienne nommée Association syrienne pour la liberté a déposé une plainte au Parquet de Paris pour “provocation à la haine”, et Christine Boutin (ancienne ministre, Parti démocrate chrétien) veut nous attaquer pour mise en danger de la sécurité d’autrui.

Vous avez reçu des messages de soutien ? De politiques, d’artistes ?

Oui, et ça fait du bien. J’ai reçu des milliers de mails de soutien. ça me touche. Surtout quand ils proviennent de pays musulmans. En ce qui concerne les personnalités publiques, c’est mitigé. Contrairement à l’année dernière pour “Charia Hebdo”, ou à ce qui s’était passé en 2007 avec  “C’est dur d’être aimé par des cons”, cette année, les gens connus hésitent à nous soutenir officiellement. Trop controversé. Un peu à l’image des ministres du gouvernement, qui ne sont pas d’accord entre eux sur l’attitude à avoir : Jean-Marc Ayrault et Laurent Fabius (Premier ministre et ministre des Affaires étrangères) ont fait part de leur désapprobation, alors que Manuel Valls (ministre de l’Intérieur) nous a défendus, au nom de la liberté d’expression.

Néanmoins, la grande majorité de la machine diplomatique et du gouvernement, pourtant de gauche, ont la même ligne de défense : “On est désolés, c’est de la provoc…” Comment l’expliquez-vous ?

Je crois qu’il y a deux gauches en France en ce moment : celle qui prend les musulmans pour des citoyens responsables, capables d’avoir de l’humour, de prendre du recul, de la hauteur sur les choses. Et celle qui se montre paternaliste et qui considère les musulmans comme des victimes ou des êtres fragiles, qu’il faut à tout prix “préserver”, ne pas choquer. C’est le cas, par exemple, de l’extrême gauche et je trouve ça très condescendant vis-à-vis de la communauté musulmane. Il est évident que, pour moi, il ne faut pas infantiliser les musulmans.

Et François Hollande ? Lors du procès en 2007, il était à vos côtés. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Quand bien même François Hollande voudrait nous soutenir, ça ne sera probablement pas aussi franc qu’en 2007. Il n’a plus le même statut, il est président de la république à présent. Je comprends qu’il doive donc tenir compte du contexte international, qu’il essaie d’éviter les conflits.

Honnêtement, n’est-ce pas de l’inconséquence de publier cette caricature au moment où le monde arabe est déjà sous haute tension avec le film L’innocence des musulmans ? Vous ne pensez pas que vous avez une responsabilité journalistique ou au moins citoyenne ?

Notre unique responsabilité est de respecter la loi française. Nous sommes un journal français, satirique, publié en France et dans quelques pays francophones comme la Belgique. Nous ne sommes pas diffusés au Maroc ou dans des pays musulmans. Si c’était le cas, je respecterais les lois locales, tout en essayant de les faire évoluer. En France, il n’y a pas de censure, à chacun d’exprimer ses idées comme il le souhaite. D’ailleurs, on n’oblige personne à nous lire, Charlie Hebdo est en vente en kiosque, on ne diffuse pas le contenu sur le site… Donc c’est un acte volontaire de le lire. On ne l’impose à personne.

Où sont les limites de la liberté d’expression et où commence la provoc’ ?

Ce sont les limites de la loi française, qui sont plutôt bien foutues. Même si on pourrait toujours aspirer à plus de liberté. D’ailleurs, la justice est consciente que nous sommes un journal satirique, et elle nous juge donc en fonction de cela. Nous ne sommes pas des terroristes. La preuve, nous avions gagné le procès qu’on nous avait intenté en 2007 suite à la couv’ où on pouvait voir le prophète qui dit “C’est dur d’être aimé par des cons”.

En sortant la carte de la liberté d’expression, vous jouez un peu sur du velours… Vous savez bien que sur ce point, en France, vous êtes tranquille. Tout au plus on vous taxera d’indélicatesse, d’avoir mal choisi le moment…

Mais on doit pouvoir jouer sur du velours ! ça fait 20 ans que l’on fait des dessins et tout le monde nous attaque, la pression médiatique est au maximum pour trois malheureux dessins tirés à 75 000 exemplaires. Il n’y a pas besoin d’un marteau pour écraser la mouche que nous sommes.

Vous mesurez tout de même les conséquences, notamment pour la vie des Français qui résident dans des pays musulmans ?

Nous ne sommes plus un journal satirique si l’on commence à faire de la diplomatie… Face à la frilosité ambiante, notre crainte, c’est plutôt d’être trop prudents, trop raisonnables. Vous savez, quand les extrémistes ont besoin de trouver un prétexte pour justifier leur violence, ils le trouvent toujours. Je n’ai pas le sentiment de tuer ou de mettre en danger la vie de qui que ce soit avec mon crayon. D’ailleurs, en 2007, comme l’année dernière au moment de l’affaire “Charia Hebdo”, le contexte politique et social, notamment dans les pays arabes, était plus calme. Et on nous avait accusés de mettre le feu aux poudres à cause de nos caricatures. Finalement, ce sont nos locaux qui ont cramé. Là, on se moque d’un film abject et des réactions des extrémistes de tout bord, et on nous accuse de jeter de l’huile sur le feu.

Mais imaginez que demain des écoles françaises explosent au Maroc ou dans un autre pays musulman. Vous dormiriez l’esprit tranquille ?

Je ne dormirais pas plus tranquillement que lorsque des bombes explosent en Afghanistan. Mais je ne me sentirais pas responsable, car cela voudrait dire que je dirige le terrorisme. Or j’ai un crayon, pas des armes !

Et nous derrière, qui nous battons au quotidien pour préserver des libertés individuelles face à la montée de l’islamisme, qui défendons la laïcité dans des pays comme le Maroc ou la Tunisie, comment on fait pour gérer tout cela ?

Je trouve écœurant que ceux qui cherchent à brimer la liberté d’expression se saisissent de nos caricatures pour dire “voyez ce qui arrive quand on donne trop de libertés, on ne respecte plus rien…” Je n’ai aucune leçon ou conseil à donner à personne. Chaque pays a ses propres spécificités car je crois que chacun doit trouver son chemin pour y arriver. Il ne s’agit pas d’imposer un modèle français de la liberté d’expression. Ça fait un peu “Français qui veulent imposer leur humour ou leurs idées au Maroc, comme les USA veulent imposer la démocratie en Afghanistan”.

Vous faites beaucoup de buzz en ce moment. N’est-ce pas cela finalement la motivation de votre acte ? De la pub, un coup médiatique… 

Ce que vous dites là ressemble au discours tenu par nombre de journalistes et de médias, qui nous sollicitent pour des interviews et qui nous traitent d’opportunistes lorsqu’on leur répond. Le Point (hebdo français, ndlr) nous critique violemment tout en diffusant nos caricatures sur leur site Internet. Alors, à qui profite le buzz ?

Tout le monde sait que Charlie Hebdo ne roule pas sur l’or, que le journal a des difficultés financières. Et là, pour ce numéro, vous êtes en rupture de stock. Finalement, vous avez réussi votre coup…

Qu’on soit en rupture, c’est plutôt la preuve qu’on n’avait pas prévu le coup. C’est vrai, les difficultés financières de Charlie Hebdo sont réelles. On est une petite équipe et on abat un boulot de dingues, je gagne 3500 euros nets par mois, et c’est le salaire le plus important du journal. Mais si on ne roule pas sur l’or, nos comptes sont à l’équilibre. Alors que ceux qui nous accusent ont des comptes déficitaires. Ils sont tous dirigés par des industriels, des hommes d’affaires, et leur survie dépend de la publicité. Nous non. On a zéro pub. D’ailleurs, si on suit ce raisonnement, relayé par la plupart de nos détracteurs, comme Tariq Ramadan, on sortirait des Unes sur l’islam ou le prophète chaque semaine, puisqu’il est évident que ça fait vendre. Or, ce n’est pas le cas.

Pourtant, vous conviendrez que ce n’est pas la première fois que vous publiez des caricatures du prophète Mohammed. C’est pas un peu de l’acharnement ?

Ceux qui disent ça ne lisent pas Charlie Hebdo. Sur 1058 numéros, il y a seulement trois couv’ sur l’islam. Toutes les semaines, on défend les sans-papiers, dont beaucoup sont des musulmans, on lutte contre le racisme et les discriminations, on est pour le droit de vote des immigrés… Et à titre perso, j’étais contre la loi contre le port du voile. Mais les médias ne parlent jamais de Charlie Hebdo pour ces prises de position, qui sont plutôt en faveur des musulmans.

Les Marocains, comme la grande majorité des musulmans, jugent votre ligne éditoriale islamophobe. Qu’en pensez-vous ?

Le mot islamophobe me dérange : littéralement cela signifie la peur de l’islam. Je suis athée et je n’ai pas peur de la religion musulmane, mais des extrémistes de toutes confessions confondues. Je ne déteste pas les religions, je ne les aime pas non plus, je les refuse et je ne serais jamais religieux. Je ne suis pas islamophobe comme je ne suis pas, non plus, judéophobe, cathophobe ou bouddhistophobe…

Une caricature qui ne fait pas vraiment rire les gens, qui n’est pas très drôle au fond, est-ce toujours une caricature ?

Les gens ont le droit de dire que c’est nul. Ils sont des milliers à avoir aimé et des milliers à avoir détesté. L’humour, c’est subjectif et personne n’est à même de déterminer ce qui est drôle ou pas. Nos caricatures sont destinées à notre lectorat, constitué essentiellement d’habitués, de fidèles, qui connaissent l’esprit caustique de Charlie.

Pensez-vous qu’un Marocain, un musulman, qui est choqué par les caricatures, soit pour autant un extrémiste ?

Non, pas du tout. Les musulmans peuvent protester, c’est leur droit et je trouve cela plutôt sain. Un jour, moi aussi, j’ai été choqué d’apprendre qu’un imam tenait des propos antisémites lors d’un prêche dans une mosquée parisienne. Pour autant, je n’ai pas agressé cet homme. D’ailleurs, on devrait autoriser les musulmans qui se sentent heurtés à manifester, à exprimer leur désapprobation. C’est ça aussi la liberté d’expression. Tant que ça se fait dans le “calme”, ça ne me pose aucun problème. Et il ne faut surtout pas faire d’amalgame entre eux et la minorité d’excités qui s’insurgent sans même savoir qui est Charlie ou avoir vu nos dessins, car cela va finir par profiter au Front National.

Justement. Vous avez le soutien de Marine Le Pen. Etre soutenu par l’extrême droite, c’est gênant tout de même, non ?

C’est extrêmement gênant, mais surtout pour elle. Elle se sert de cette histoire pour taper sur les immigrés et non pas pour défendre la liberté de la presse. Elle est grotesque. Elle me défend alors qu’elle m’a mis en examen parce que la caricature que j’ai faite d’elle il y a quelques mois ne lui a pas plu. On peut donc rire du prophète mais pas de Marine ? C’est ridicule…

On vous accuse d’avoir deux poids deux mesures, de vous attaquer beaucoup plus à l’islam qu’aux autres religions…

Encore une fois, ceux qui pensent ça ne lisent pas Charlie Hebdo. On se moque très régulièrement des travers des catholiques et des juifs. Il y a quelques années, au moment de la polémique du mouchard au Vatican, j’avais dessiné le Pape (qui est tout de même le représentant ou du moins le porte-parole de Dieu sur terre pour les catholiques) sodomisant une taupe. Et cela n’avait pas soulevé un tel tollé. D’ailleurs, s’il faut faire des statistiques, on “tape” beaucoup plus souvent sur les cathos que sur les musulmans. Et on a eu seulement quatre procès avec des associations catholiques en 1058 numéros.

Vous vous attaquez moins souvent aux juifs, non ? A croire qu’il y aurait des lignes rouges à ne pas dépasser, ce qui n’était pas le cas de l’ancêtre de Charlie Hebdo, Harakiri…

Non, on les critique aussi. La différence, c’est que les juifs sont beaucoup moins nombreux en France que les catholiques ou les musulmans. On se moque parfois des juifs orthodoxes, on l’a fait par exemple pour protester contre le financement de certaines de leurs organisations par la mairie de Paris. Mais c’est vrai que c’est peut-être moins fréquent car ils représentent peanuts, alors que l’islam est la deuxième religion de France.

Est-ce que la loi ne protège pas plus les juifs que les musulmans en France ?

C’est la même loi pour tous, celle sur le racisme. Or la notion de racisme n’existe pas pour les religions. Je ne suis pas raciste si je critique les chrétiens, les juifs ou les musulmans. Par contre, je tombe sous le joug de cette loi si je m’en prends à un peuple. Alors, comme le mot “juif” renvoie aussi bien “à celui qui croit en la religion juive” qu’à “celui qui appartient au peuple juif”, c’est forcément plus délicat.

Est-ce que vous pourriez dessiner une caricature à propos de la Shoah ?

On instrumentalise le prophète pour ridiculiser les Américains et cet horrible navet, on peut bien représenter la Shoah pour dénoncer les antisémites ou les nazis.

Un message pour les Marocains, qui sont en majorité musulmans et qui se sentent heurtés ?

A tous ceux qui se sentent heurtés dans leur foi, cela ne s’adressait pas à eux. S’ils sont choqués, qu’ils manifestent, mais dans le calme. Je ne suis pas bourré de clichés sur l’islam même lorsqu’il s’agit des salafistes, je sais que ce ne sont pas tous des fous furieux (je ne les défends pas pour autant). Et puis, j’ai envie de leur dire de faire un journal satirique et de nous rendre la monnaie de notre pièce. Moquez-vous des athées, tournez-nous en dérision !

Propos recueillis par Fadwa Islah

Zoom. Un ami nommé Charlie

Si Charlie Hebdo avait un credo, ce serait rire de tout et appuyer là où ça fait mal. Libertaire, caustique, irrévérencieux, provocateur avec, parfois, un léger penchant pour la grossièreté, ce journal satirique est d’abord un farouche opposant au racisme. Sa ligne éditoriale est profondément à gauche, il se veut d’ailleurs le représentant de toutes ses composantes. Ses cibles favorites : les religions, avec une certaine prédilection pour le catholicisme, l’extrême droite, les politiques ou encore les sectes. Tiré à 75 000 exemplaires en moyenne, Charlie Hebdo est un journal indépendant, sans aucune publicité, dont l’essentiel de la rédaction est composé de journalistes, de chroniqueurs et de dessinateurs. Pour la petite histoire, Charlie Hebdo est né de la rencontre de l’esprit rebelle de mai 68 et des traditions de la presse satirique, incarnée en France par le journal Harakiri, son ancêtre, fondé par Georges Bernier, alias Professeur Choron, et François Cavanna en 1960.

 

Antécédents. Rushdie, Van Gogh et les autres

Depuis Les Versets sataniques, nombreux sont les films, les livres ou les dessins qui ont déchaîné la colère du “musulman moyen”. La récap’.

1988 La publication du roman Les Versets Sataniques, de l’écrivain britannique d’origine indienne Salman Rushdie, jugé irrévérencieux et blasphématoire dans le monde musulman, crée la polémique. L’ayatollah Khomeini lance une fatwa sur Rushdie en 1989, dont la récompense est portée à 3,3 millions de dollars US en 2012. D’un autre côté, l’Union Européenne lui décerne de nombreuses distinctions pour son combat en faveur de la liberté d’expression.

2004 La télévision hollandaise diffuse Soumissions, un court-métrage très controversé du réalisateur Theo Van Gogh, qui raconte l’histoire d’une femme musulmane battue et violée par des membres de sa famille. Cela suscite des réactions violentes au sein de la communauté musulmane, choquée que l’islam soit stigmatisé de la sorte. En novembre de la même année, le cinéaste est assassiné par Mohamed Bouyeri, un Néerlandais d’origine marocaine.

2006Un journal danois, Jyllands-Posten, publie une série de douze caricatures qui représentent le prophète Mohammed, largement reprises par plusieurs journaux dans le monde, notamment Charlie Hebdo, qui critique l’ampleur prise par l’évènement avec la couv “C’est dur d’être aimé par des cons”. Charlie sera attaqué en justice pour “provocation à la haine”.

2008 En Italie, un député du parti anti-immigré de la Ligue du Nord déclare : “Nous, Chevaliers de la Chrétienté, jurons de toujours défendre et de toutes les manières possibles ces lieux [églises] de la profanation et de l’invasion islamique !” Lors de leur campagne électorale, les Démocrates de Suède (SD) produisent un clip dans lequel ils montrent des femmes voilées qui profitent des subventions étatiques, au détriment d’une vieille suédoise.

2011 Charlie Hebdo publie un numéro spécial intitulé “Charia Hebdo”, suite à la victoire du Parti islamiste Ennahda en Tunisie et à la montée de l’islamisme dans le monde arabe. Les locaux du journal sont incendiés.

– Anders Behring Breivik perpétue un attentat en Norvège qui fait 77 morts et 151 blessés. Ultranationaliste, il revendique ses actes de barbarie au nom de la défense des valeurs européennes contre “l’invasion des immigrés et des musulmans”.

2012 Le nanar Innocence of muslims est mis en ligne sur Internet. Produit par Nakoula Basseley Nakoula (un copte égyptien résidant en Californie sous le nom de “Sam Bacile”), le “film”, qui décrit le prophète comme un pédophile et un homosexuel, donne lieu à de vives réactions dans le monde entier et Chris Stevens, l’ambassadeur américain en Libye, est assassiné.

 

Plus loin. Oui mais…

La polémique déclenchée par L’innocence des musulmans puis par Charlie Hebdo ne peut pas être réduite à une simple question : sommes-nous pour ou contre la liberté d’expression ? Accepter ce raccourci, c’est admettre (avec une naïveté inouïe) que cette liberté peut être totale et absolue, libérée de toute contrainte politique, éthique ou règlementaire. Cela n’est évidemment pas le cas. L’innocence des musulmans n’est pas une ode à la création ni à la liberté d’expression, mais un pamphlet diffamatoire abject et dénué de talent. A-t-il le droit d’exister ? Bien sûr, mais les musulmans du monde entier ont parfaitement le droit de s’en offusquer pacifiquement ou en usant des recours judiciaires possibles dans ce genre de cas. Passons maintenant aux dessins de Charlie Hebdo et posons une question toute simple : sous prétexte de voler au secours de la liberté d’expression, le journal français ne participe-t-il pas à accentuer l’amalgame existant, à stigmatiser davantage une communauté (celle des musulmans), voire à inciter à la haine ? Le journal n’est-il pas tombé dans le piège de la légèreté et de la provocation gratuite ? Sans doute. Il y a quelques années, un grand dessinateur de Charlie Hebdo (Siné) s’est fait renvoyer sans ménagement pour avoir insinué qu’en se mariant à une juive, le fils de Nicolas Sarkozy était promis à une vie prospère. Le pauvre dessinateur s’était alors fait traiter d’antisémite… avant d’être blanchi par la justice ! Comment prétendre à une liberté d’expression totale et absolue et accepter ce genre de “deux poids deux mesures” ? à titre personnel, je suis pour le respect de toutes les religions, de tous les prophètes et de toutes les croyances. Se moquer de l’une d’elles relève d’une prétention dont je ne suis pas capable. Driss Bennani

 

Tags
Partager

Lire aussi

  • mista-p

    Pourquoi ne pas mettre de guillemets pour les titres des films ?

  • ASTEA MOHAMED

    Je ne suis pas un lecteur de Charlie Hebdo.Mais, je me sens profondément touché dans ma liberté d’option de lire ou ne pas lire, et d’associer ou de critiquer.A notre connaissance,Charlie Hebdo est un journal satirique,libertaire avec un esprit d’irrespect,bien connu de sa tendance de gauche plurielle,dont les domaines qui sont visés l’extrême droite,la politique,l’islamisme,le judaîsme et le catholicisme.Son existence ne repose que sur les articles afférents à la provocation.Suite à la publication de caricatures du prophète,un commando composé de trois assaillants fait irruption dans la rédaction du journal,et ouvrent le feu sur les membres du personnel présent.le bilan est de 12 morts et 11 blessés dont quatre grièvement.Visiblement,il s’agit d’un acte criminel,odieux, barbare, et terroriste,on ne trouve pas de mots pour qualifier ce carnage horrible et inhumain.Les criminels seront bientôt arrêtés et déférés devant la justice pour être jugés sévèrement et lourdement. Devant cette douloureuse occasion, je me solidarise à la peine des familles des victimes, en leur présentant mes sincères condoléances. ASTEA Maaroufi Mohamed

  • Mariam

    Cet acte barbare renforce le discours de Front National et valide les idées d’Eric Zemmour « Le Suicide Français ». Je suis Charlie j’ai honte d’etre musulmane !!!

  • Pingback: Penseurs libres | portaidesiles.com, premier relais média indépendant de l'Océan Indien()

  • fc

    Questions importantes et courageuses, réponses saines et courageuses. Quelle perte!

  • Pingback: Je suis solidaire, je suis réaliste, je suis Charlie. | Realitaetsbewusst.de()

  • Pingback: Les caricaturistes assassinés | astrodazibao()

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss