Maroc

Ahmed Zaidi: la scission de l'USFP n'est pas exclue

Ahmed Zaidi, député USFP et à la tête du courant "démocratie et ouverture" Crédit : DR
Ahmed Zaidi: la scission de l'USFP n'est pas exclue
août 06
16:57 2014
Partager

Ahmed Zaidi, l'initiateur du courant « Démocratie et ouverture » de l'USFP, tire à boulets rouges sur Driss Lachgar et n'exclut pas une scission du parti de la rose.

Telquel.ma : Vous avez, ainsi que les parlementaires de votre camp, signé une pétition dénonçant le « contrôle » absolu de Driss Lachgar sur l’USFP. Que lui reprochez-vous au juste ?

Ahmed Zaïdi : Driss Lachgar a fait fi de toutes les lois, notamment le règlement intérieur et fondamental, qui stipule que les membres des différents appareils du parti doivent être élus démocratiquement. Actuellement, cela obéit plus au système du clientélisme qu'à celui des élections. De même pour les chefs des trois sections de l’USFP, à savoir, la section féminine, la jeunesse ittihadi et la FDT. Tous ceux qui ne sont pas d’accord avec ses idées ont été écartés et remplacés par ses « partisans ».

Il y a eu aussi l’épisode des élections pour désigner le président du groupe parlementaire. Normalement, celui-ci est élu, en premier lieu, par les membres du groupe parlementaire. Ensuite, il est validé par la commission administrative. Or, Lachgar a fait le contraire pour faire élire Hasnaâ Abou Zaid. Peu de temps après, il n’était pas content de ce résultat et il a constitué une autre commission administrative pour qu’il soit élu, lui-même, en tant que président du groupe. Le courant « Démocratie et ouverture » a été majoritaire mais nous n’avons pas voulu mettre de l’huile sur le feu. Aujourd'hui, le bilan de Driss Lachgar à la tête du groupe est nul et ridicule.

La crise que vit l’USFP va-t-elle mener vers une scission ?

Je fais partie des personnes qui sont réellement optimistes. Nous avons constaté plusieurs dérives du premier secrétaire, mais notre courant n’a pas voulu réagir de peur qu’il y ait une scission. Il serait dommage qu’un parti comme l’USFP fasse l'objet de querelles de ce genre. Malheureusement, si les choses continuent dans cette logique, je crains le pire.

Vous parlez de bilan nul et d'un scénario du pire, mais le statu quo dure depuis longtemps. Qu'envisagez-vous comme actions concrètes ?

Nous avons toujours attiré l’attention de la commission centrale sur les procédés de Driss Lachgar. De même, nous avons privilégié la voix pacifiste pour instaurer un dialogue pour arriver à un terrain commun et, à aucun moment, nous n'avons cherché la confrontation et la surenchère politique. Visiblement, rien n’y fait. C’est pour cela que nous allons nous réunir prochainement pour sortir avec une décision nette et sans recours. Toutes les hypothèses sont de mise, même celle de la scission.

Driss Lachgar a été élu démocratiquement au poste de premier secrétaire. Ne serait-ce pas dans la logique démocratique d’attendre le prochain congrès du parti pour réélire un nouveau chef de parti ?

Si vous vous rappelez bien, l’élection de Driss Lachgar a été largement contestée. Il y avait 100 voix de différence. La logique démocratique préconise que nous soyons la deuxième force dans le bureau national et le bureau central. Cela n’a pas été fait car Lachgar a court-circuité les institutions du parti. De plus, je peux vous affirmer, même si c’est caduc, qu’il y a eu des fraudes concernant l’élection de Driss Lachgar.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss