DR

Produits du terroir: Nouveau levier de croissance régionale ?

Faisant partie des objectifs du Plan Maroc vert, la labellisation des produits du terroir vise à préserver les patrimoines culturel, artisanal et gastronomique de chaque région. Des efforts restent à consentir pour mieux valoriser ces produits à l’export.

Par

Le label “produit du terroir marocain” fait progressivement son apparition sur les étals des commerces au Maroc. Cette normalisation, qui tend à protéger le savoir-faire et la qualité des produits proposés par les artisans marocains, contribuera également, selon les objectifs tracés par l’Agence pour le développement agricole (ADA), à créer des effets de synergie régionaux en dotant les groupements d’artisans de capacités propres leur permettant de mieux écouler leurs produits sur les marchés nationaux et internationaux. Rappelons que le développement des produits du terroir fait partie des objectifs du Plan Maroc vert dans son pilier II.

La labellisation concerne des produits du terroir provenant de toutes les régions du Maroc. Pour illustrer la diversité des produits labellisés, citons, à titre d’exemple, les câpres de Safi, la clémentine de Berkane, la pomme de Midelt ou encore la viande d’agneau laiton de la région du Grand Casablanca. D’autres catégories de produits font partie du label : les huiles d’olive et d’argan, des herbes ainsi que les produits d’origine animale, tels que le miel ou le fromage.

Protéger le patrimoine

Cette labellisation a pour objectif de promouvoir la diversité des produits du terroir, contribuant par là-même à l’amélioration des revenus des artisans et agriculteurs dans les zones rurales. La dimension régionale du plan contribue, de son côté, à préserver les patrimoines culturel, artisanal et gastronomique de chaque région, en plus de la protection des écosystèmes, de la biodiversité et des ressources naturelles propres à chaque région du Maroc. Toutefois, si les efforts déployés au Maroc pour la promotion des produits du terroir sont visibles, en ce qui concerne l’export, beaucoup reste encore à faire. A ce propos, l’ADA avait identifié des marchés à grand potentiel pour les producteurs marocains, à leur tête le marché français. L’étude menée dans ce sens auprès de ces marchés a révélé que “les produits du terroir marocain ne présentent pas la maturité nécessaire pour les satisfaire puisque ces produits sont peu connus, peu distribués et peu achetés. En effet, le niveau de commercialisation demeure très faible. Il y a très peu d’export et les débouchés locaux demeurent traditionnels, voire informels”, note l’ADA.

Le problème ne réside pas uniquement dans les débouchés ou les canaux de commercialisation, mais se pose également en amont de la chaîne de distribution, dans la structure même du circuit de production : “La commercialisation demeure freinée par la fragmentation, puisque les petits producteurs sont trop éclatés avec un accès limité aux réseaux de distribution et de transformation”, soulève l’ADA. Pour y remédier, la stratégie de développement du secteur des produits du terroir, dans le cadre du Plan Maroc vert, vise une approche intégrée qui garantit à l’agriculteur et au producteur l’accès aux circuits de distribution tout en réduisant les coûts qui y sont rattachés, et une approche corporatiste, qui permet à chaque région de préserver son patrimoine et son savoir-faire et d’améliorer les bonnes pratiques qui y sont rattachées.

Trois types de labels

D’après la loi 25-06 relative aux signes distinctifs d’origine et de qualité des denrées alimentaires et des produits agricoles et halieutiques, il existe trois types de labels :
Le label agricole : Cette certification consiste à reconnaître qu’un produit donné possède un ensemble de caractéristiques spécifiques présentant un niveau de qualité élevé, supérieur à celui des produits similaires, en raison de ses conditions de production, de fabrication et, le cas échéant, de son origine géographique.
L’indication géographique : La dénomination servant à identifier un produit comme étant originaire d’un territoire, d’une région ou d’une localité, lorsque celui-ci présente une qualité inhérente à l’origine géographique où il a été produit et que sa production, transformation ou préparation a eu lieu dans une aire géographique donnée.
L’appellation d’origine : La dénomination géographique d’une région servant à désigner un produit qui en est originaire et dont la qualité, la réputation ou les autres caractéristiques sont dues essentiellement au milieu géographique, comprenant des facteurs humains et des facteurs naturels.

Article de Telquel Content Studio rédigé par Converge Media. Telquel Content studio est un département du groupe Telquel Media, indépendant de la rédaction.

article suivant

Efficacité des vaccins Covid-19 : la bataille des chiffres