Le Parquet, arme politique

L’indépendance nouvelle du Parquet nous prémunit-elle réellement contre l’instrumentalisation de la justice ? Le patron du ministère public et le ministre de la Justice, Mohamed Abdennabaoui et Mohamed Aujjar, s’en défendent dans nos colonnes. De leur côté, des juristes interrogés émettent des craintes.

Par

Jeudi 8 mars, Cour d’appel de Casablanca. La Journée internationale de la femme est aussi celle du procès du directeur de publication du quotidien Akhbar Al Yaoum, accusé de plusieurs crimes sexuels. Une coïncidence ? En tout cas, pas pour les avocats de la défense, qui qualifient le procès de politique. Les avocats de la partie civile, eux, parlent du procès d’un simple citoyen. Mais le doute plane à ce stade dans la salle 7 du tribunal. Cette même salle où se déroule le procès de 54 accusés du Hirak. Un procès sous haute tension. “Monsieur le président, je suis devant vous pour des faits criminels paraît-il. Pourquoi alors m’interrogez-vous sur des posts et des likes sur Facebook ? Si vous ne voulez pas qu’on manifeste ou qu’on écrive, supprimez l’article 25 de la Constitution (qui garantit les libertés de pensée, d’opinion et…

article suivant

Funérailles : limitation du nombre de présents à dix personnes