Histoire. Ces leaders politiques qui nous manquent

Telquel

Histoire. Ces leaders politiques qui nous manquent

Hommes de convictions, ils se sont battus pour leurs idées. Pas pour la simple gloire, mais pour faire avancer le Maroc.

Par , et

N’y a-t-il pas au fond un sentiment d’une certaine solitude chez vous ?” La question est posée par un journaliste français à Hassan II, au milieu des années 1970, dans le cadre d’un documentaire. Tirant sur sa cigarette, le regard songeur, le roi défunt lui répond : “Oui, dans un sens.” Il explique qu’il aimerait associer à ses décisions le plus de gens, personne n’ayant la “science infuse”. Sauf que “tout le monde ne peut pas comprendre ou ne veut pas comprendre”, ajoute, l’air dépité, Hassan II.

Le titre du documentaire est bien choisi : “Un roi face à lui-même”. Hassan II est quasiment esseulé à l’époque. Il est en grande partie responsable de cette solitude car il a fait le vide autour de lui. Il a puni des leaders politiques qui s’étaient opposés à son autoritarisme. Il s’est fâché avec d’autres, ignorant leurs idées, et en a boudé certains dans le meilleur des cas. D’un autre côté, Hassan II a aussi su s’entourer de gens d’envergure, artisans des aspects positifs de sa politique. Mais, que ce soit les uns ou les autres, il respectait leur intelligence, leur vision, une certaine grandeur dans leurs.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

En 2018, 68 projets d'investissements ont été approuvés pour 57 milliards de dirhams