DR

Hassan Chami dit tout

Collusion entre argent et pouvoir, candidature de Salaheddine Mezouar à la tête de la CGEM, boycott, éviction de Abdelilah Benkirane, faiblesse du gouvernement El Othmani… l’ex-patron des patrons passe au crible l’actualité politique et économique. Interview.

Par

Le verbe haut, le sourire aux lèvres, l’homme de 80 ans nous reçoit dans son bureau situé à deux pas du siège de la CGEM qu’il a dirigée de 2001 à 2006. Absent des radars depuis une dizaine d’années, l’ancien patron des patrons n’a rien perdu de son franc-parler, même si, en bon connaisseur des arcanes politico-économiques, il sait que l’on ne brise pas la langue de bois impunément ; il en a déjà payé le prix. Mais l’ancien ministre des Travaux publics de Hassan II n’a pas changé de conviction ni de discours. Peu avant son départ de la CGEM, Hassan Chami avait donné, en 2005, une interview à l’hebdomadaire La Vérité où il s’était attaqué aux patrons rentiers, à l’origine de la fortune de la bourgeoisie, à l’immixtion du politique dans l’économique, mais aussi à l’interventionnisme de l’entourage royal dans les affaires du gouvernement. Le tout…

article suivant

Aradei Capital, première introduction en Bourse de l’ère Covid