Le chef de l’ONU, Antonio Guterres, victime d’une cyberattaque

Le secrétariat de l’ONU a mis en garde cette semaine dans une lettre les 193 pays membres de l’Organisation contre des messages prétendument envoyés par son chef Antonio Guterres à leurs représentants dans le cadre d’une cyberattaque.

Par

Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies à Marrakech, en décembre 2018. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Le secrétariat de l’ONU a mis en garde cette semaine dans une lettre les 193 pays membres de l’Organisation contre des messages prétendument envoyés par son chef Antonio Guterres à leurs représentants dans le cadre d’une cyberattaque.

Évoquant “une série d’incidents de sécurité de l’information”, cette lettre datée de mardi et obtenue jeudi par l’AFP, indique que de multiples responsables diplomatiques ont “reçu des messages non sollicités prétendant provenir du secrétaire général”.

Ces messages précisent au destinataire qu’Antonio Guterres essaye de les contacter via son “numéro personnel”.

Le numéro en question n’est pas lié à l’ONU et le secrétariat n’est pas à l’origine des messages, indique le secrétariat dans sa lettre, en rappelant que les communications du chef de l’ONU avec les États membres suivent un protocole, non précisé, et en les appelant à vérifier l’authenticité des sollicitations.

Le secrétariat de l’ONU a précisé dans sa missive que les messages frauduleux recensés ont été transmis à partir de numéros de téléphone américains et que les autorités américaines ont été informées des incidents survenus cette semaine.

à lire aussi