Traite d'êtres humains et immigration illégale : arrestation de 7 personnes à l'aéroport Mohammed V de Casablanca

Les éléments de police du district de l'aéroport international Mohammed V de Casablanca ont arrêté, ce mardi 12 avril, 7 ressortissants étrangers, dont 4 Bulgares et 3 Iraniens âgés entre 28 et 68 ans, pour des liens présumés avec un réseau international de traite d'êtres humains et d'immigration clandestine.

Par

L'aéroport Mohammed-V, à Casablanca. Crédit: DR

Les opérations de contrôle frontalier à l’aéroport ont permis d’interpeller trois ressortissants iraniens en flagrant délit de tentative d’immigration illégale vers un aéroport espagnol en usant de faux documents de voyage, selon un modus operandi criminel qui consiste à s’enregistrer frauduleusement dans plusieurs vols, avant que les investigations effectuées ne permettent d’arrêter quatre Bulgares, présumés impliqués dans la planification de cette tentative d’immigration illégale, a indiqué ce mercredi un communiqué de la Direction générale de la Sureté nationale (DGSN).

L’enquête afférente à cette affaire a été confiée à la Brigade nationale de Police judiciaire (BNPJ), sur instructions du parquet compétent, afin de déterminer le mode criminel adopté et identifier les ramifications internationales de ce réseau ainsi que les jonctions et liaisons de celui-ci avec les réseaux européens et asiatiques d’immigration illégale et de traite des êtes humains, ajoute la même source.

Les perquisitions menées dans le cadre de cette affaire ont abouti à la saisie de plusieurs documents de voyage falsifiés, des cartes d’embarquement et des téléphones portables avec des cartes SIM internationales facilitant la communication entre les membres du réseau et les candidats à l’immigration lors des opérations de transit, poursuit le communiqué.

Les mis en cause ont été tous placés en garde à vue pour les besoins de l’enquête menée par le bureau national de lutte contre l’immigration illégale, relevant de la BNPJ, sous la supervision du parquet compétent, afin de déterminer toutes les ramifications régionales et internationales de ce réseau criminel, conclut la DGSN.

(Avec MAP)

à lire aussi