Bourse : comment 129 milliards de dirhams sont partis en fumée

En l’espace d’un an, l’indice de référence de la Bourse des valeurs de Casablanca a chuté de 20%. La perte de capitalisation qui en a résulté est historique. Jamais, même au plus fort de la crise Covid, le marché actions ne s’était autant effondré. Les raisons d’un “cassage de gueule” monumental.

Par

TELQUEL

C’est une dinguerie, non c’est une hécatombe ! Analystes financiers, gestionnaires d’actifs, particuliers et zinzins (investisseurs institutionnels) s’arrachent les cheveux. Confrontés à une Bourse des valeurs en dévissage total, les acteurs des marchés financiers comptabilisent leurs pertes en toute impuissance. L’année 2022 aura été celle du choc. Le trauma peut se résumer en un chiffre. En douze mois, la Bourse a détruit 129 milliards de dirhams de capitalisation. En s’effondrant de 19,75%, l’indice de référence (MASI) a semé la désolation dans une place boursière que semblent désormais fuir les institutionnels et les investisseurs étrangers. L’introduction en Bourse à 1,3 milliard de dirhams d’Akdital, premier groupe marocain de cliniques privées, était pourtant censée redonner des couleurs à une cote déjà en chute libre. Ce ne sera pas le cas. Alors…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés