Abdeslam El Aziz : “Au Maroc, la gauche est devenue élitiste”

Le paysage politique compte une nouvelle formation : la Fédération de la gauche démocratique, née d’une fusion. Son secrétaire général analyse dans cet entretien la crise de la gauche au Maroc et propose des pistes pour son renouvellement, qu’il juge indispensable pour le pays.

Par

Abdeslam El Aziz Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Le 7 janvier, Abdeslam El Aziz a été élu à la tête de la Fédération de la gauche démocratique. L’ancien dirigeant du Congrès national ittihadi (CNI) présidera ainsi aux destinées de la nouvelle formation de gauche, née d’une fusion entre le CNI, le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS) et le courant porté par Mohamed Sassi qui a quitté le Parti socialiste unifié (PSU). Plus d’un an après les échéances électorales, le congrès national fusionniste a finalement eu lieu mi-décembre dernier, avec comme slogan : “Des trajectoires qui s’unissent, une gauche qui se renouvelle”. Pour TelQuel, Abdeslam El Aziz, le secrétaire général de la nouvelle formation de gauche, détaille son programme.

Attendue depuis 2016, la fusion des partis composant la Fédération de la gauche démocratique a enfin été actée. Que reste-t-il désormais à faire ?

Après…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés