Bizutage des internes du CHU Ibn Sina : la fin d’un calvaire ordinaire ?

Tous les ans à Rabat, le foyer des internes du CHU Ibn Sina est le théâtre d’un bizutage de deux mois orchestré par l’Association des médecins internes de Rabat (AMIR). Mais ce 5 janvier, la direction de l’hôpital a suspendu ce rituel d’intégration, décrétant la fin d’une tradition qui implique humiliations et une forte pression à garder le silence.

Par

“Ils nous ont fait marcher à genoux pendant plusieurs heures sur une terrasse pleine de cailloux, nous ont mouillés, insultés...” raconte Ali*. Crédit: DR

On a tous débarqué à 14 h 30, environ 150 nouveaux internes. Les anciens nous ont confisqué nos téléphones avant de nous séquestrer jusqu’à 2 h 30 du matin.” En arrivant au foyer des internes du CHU Ibn Sina ce dimanche 25 décembre, Ali* était loin de se douter que ce qui était pour lui “une simple première approche” de l’Association des médecins internes de Rabat (AMIR) allait se transformer en calvaire. “Ils (la promotion précédente, ndlr) nous ont fait marcher à genoux pendant plusieurs heures sur une terrasse pleine de cailloux, nous ont mouillés, mis de la terre sur les cheveux, insultés…”, raconte ce jeune interne de 23 ans. Blessé aux genoux, Ali a tenu à éviter les urgences de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés