Troubles mentaux : les Marocains seuls face à leur sort

C’est un drame invisible qui se joue en coulisses. Près de la moitié des Marocains souffrent ou ont souffert de troubles psychiques. Les besoins ont beau être immenses, entre tabou, déni et offre de soins insuffisante ou inadéquate, la maladie mentale reste le parent pauvre du système de santé du pays. Autopsie d’un désastre silencieux.

Par et

TELQUEL

En matière de médecine publique, la sonnette d’alarme est tirée depuis plusieurs années : l’hôpital marocain manque de moyens et de bras. Et ce qui est vrai dans presque toutes les spécialités est d’autant plus criant en psychiatrie. Dans une étude présentée à l’occasion de la Journée internationale de la santé mentale, le 10 octobre 2022, le CESE a notamment appelé à “l’élaboration de politiques et programmes publics concertés de promotion de la santé mentale et prévention de troubles mentaux et des risques psychosociaux”, faisant, dans la foulée, plusieurs préconisations pour améliorer la prise en charge des maladies mentales dans le royaume. Parmi elles, “élaborer des politiques et programmes publics concertés de promotion de la santé mentale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés