Shein, AliExpress, marques turques ou informel: les retailers au bord du gouffre

Entre Shein, AliExpress, un informel hégémonique et des marques turques dopées par le soutien de leur pays d’origine, les retailers du commerce moderne sont au bord du précipice.

Par

Aujourd’hui, tout produit importé est frappé d’une taxe. Or, dans l’intervalle, et en moins de trois ans, Shein a pu dépasser le milliard de dirhams de chiffres d’affaires au Maroc... Crédit: DR

Dans le secteur de l’habillement, que ce soit pour les producteurs nationaux ou pour les enseignes internationales, l’environnement des affaires est saturé d’écueils. D’abord, on retrouve la concurrence féroce des marques turques du type LC Waikiki. Très peu intéressés par le système de franchise, les acteurs turcs s’installent en direct. Il faut dire que l’État turc adopte une politique d’expansion très agressive en dotant ses entreprises d’une batterie d’aides leur permettant d’être hyper compétitives où qu’ils décident de planter leur drapeau. Entre 2018 et 2021, les importations en provenance de ce pays s’étaient accrues de 170%, avant que Moulay Hafid Elalamy, alors ministre de l’Industrie et du Commerce, n’y mette un frein en actant une mesure de sauvegarde sur les produits textile.

à lire aussi

Mais cette initiative protectionniste a vite été battue en brèche par la dévaluation de la lire turque. Certes, les droits de douane désormais appliqués sur les importations en provenance…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés