Touria El Glaoui : “Il y a encore un problème de représentation des artistes africains dans le marché de l’art”

Au lendemain de la tenue de la foire 1-54 à Londres, organisée du 13 au 16 octobre, la fondatrice de cette grand-messe de l’art contemporain africain dresse le bilan de dix années de création et de mise en avant des artistes du continent.

Par

Touria El Glaoui Crédit: AFP

C’est la voix enrouée que Touria El Glaoui nous répond au téléphone après trois jours intenses à arpenter la foire 1-54, installée cet automne à Londres. Cent trente artistes africains et de la diaspora, représentés par une cinquantaine de galeries, y ont exposé leurs œuvres. Dix ans après que l’idée de lancer un événement consacré à la création africaine a germé dans sa tête, celle dont l’appétence pour l’art coule dans les veines — c’est la fille du peintre Hassan El Glaoui — ne compte pas s’arrêter là. Car malgré l’engouement certain pour l’art contemporain africain ces dernières années, les artistes du continent restent encore sous-représentés dans le marché de l’art international.

La foire 1-54 a célébré ses dix ans à Londres mi-octobre. Comment a-t-elle contribué à faire émerger une nouvelle génération d’artistes contemporains africains ?

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés