Archives du protectorat : où sont les pièces manquantes de l’histoire du Maroc ?

20 millions d’archives officielles retracent l’histoire des protectorats français et espagnol au Maroc. Mais 62 ans après son indépendance, le royaume n’est en possession que de près de quatre millions de ces documents. Pourtant, certains d’entre eux nous permettraient de mieux comprendre des épisodes clés de notre histoire.

Par

Le CNDH a réclamé en vain, par voie diplomatique, “la restitution des originaux des documents de feu Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi, saisis par les troupes françaises en 1926”, lors de sa reddition.

Un total de 3,95 millions de documents d’archives restitués au Maroc, sur les 20 millions qui couvrent les protectorats français et espagnol de 1912 à 1956. C’est le chiffre révélé par le gouvernement dans sa note de présentation du Projet de Loi de Finances (PLF) 2023. Lancée en 2008 et confiée au Archives du Maroc, institution créée un an plus tôt, l’opération “récupération” n’a pas encore permis de recouvrer ne serait-ce que la moitié des documents de cette période. Historien et fin spécialiste du protectorat, Mostafa Bouaziz estime que le manque d’archives de cette période concerne particulièrement le mouvement de résistance au début des années 1950 : “Nous disposons d’une flopée de mémoires plus ou moins vrais, écrits par des résistants plus ou moins importants, avec quelques documents choisis qu’ils ont eux-mêmes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés