Gazoduc Maroc-Nigeria : ce que la signature de l'accord avec la CEDEAO a changé

Le Maroc, le Nigeria et la CEDEAO ont signé le 15 septembre dernier un mémorandum d’entente permettant au groupement régional de s’intégrer au projet de gazoduc Maroc-Nigeria initié par Abuja. Un évènement qui augure d’un soutien politique et diplomatique concret au projet, mais pas seulement...

Par

Signature du mémorandum d'entente entre l'ONHYM, la CEDEAO et NNPC limited du Nigéria, le 15 septembre 2022. Crédit: Twitter / NNPC Limited

C’est un acte charnière qui s’est produit le 15 septembre dernier. Initié en 2016 par le Maroc et le Nigeria, le projet de gazoduc reliant les deux pays implique désormais un troisième acteur. Car à la mi-septembre, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est jointe officiellement au projet en signant un mémorandum d’entente. Le parachèvement d’un chantier débuté il y a près de trois ans par les diplomaties marocaines et nigérianes. « Les discussions pour une adhésion de la CEDEAO à ce projet ont débuté en 2019. La signature de cet accord parachève trois ans de travail menés du côté marocain et nigérian pour convaincre la CEDEAO du bien-fondé de son projet » nous souffle une source au fait du projet initié par Rabat et Abuja. D’autant que…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés