Amine K, DJ : “L'électro ne s’est pas encore démocratisée au Maroc, mais ça commence”

Il a fait danser près de 600 festivaliers lors d’Into the Wild, événement dérivé du festival Oasis, organisé à Dakhla du 23 au 25 septembre. Rencontre avec l’acteur principal de l’électro à la sauce marocaine.

Par

Le DJ marocain Amine K. Crédit: DR

TelQuel : Comment s’est passée votre prestation à Into the Wild ?

Amine K : C’était assez compliqué car lors des prestations précédentes des DJs, la musique était très techno. Ce qui plaît à beaucoup de gens, mais ce n’est pas mon truc. J’aime quand il y a une âme dans la musique alors que la techno est très froide. Trente minutes avant de monter sur scène, je me suis posé la question : je la joue safe ou je prends un risque ? J’aurais trouvé dommage de faire comme les autres alors qu’on était sur une plage superbe. Ça fait 15 ans que je mixe professionnellement, j’ai une identité, donc j’ai décidé d’être moi-même. J’ai fait mon Marocain, je suis chez moi, je joue ce que je veux (sourire). Les gens ont été pendant deux jours agglutinés devant les DJs à taper du pied. Quand j’ai commencé…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés