Pr Mouhcine El Bakkali : “Le chef de service a tous les pouvoirs s’il veut bloquer un médecin”

Au lendemain du suicide de Yassine Rachid, jeune résident, une courte vidéo a refait surface sur la Toile, celle du Pr Mouhcine El Bakkali qui, trois mois plus tôt lors d’une table ronde, tirait la sonnette d’alarme sur le comportement abusif de certains chefs de service. Il diagnostique la gangrène éthique qui ronge les CHU, et propose quelques remèdes.

Par et

Mouhcine El Bakkali est professeur d'ophtalmologie. Il fut Doyen des médecins internes en 1990, puis membre du Syndicat de l’enseignement supérieur, et est désormais secrétaire général de la Fondation des médecins enseignants libéraux (FEML). Crédit: DR

Mouhcine El Bakkali sait de quoi il parle. Lui aussi a connu des blocages de la part de sa cheffe de service à l’Hôpital des spécialités entre 1990 et 2000. Jeune interne en ophtalmologie, il a alors des rêves plein la tête, et l’ambition chevillée au corps de devenir enseignant. Au placard pendant deux ans, il est contraint de quitter Rabat pour obtenir son agrégation à Marrakech. “Lorsque je suis arrivé de Ouazzane pour la faculté de médecine de Rabat, j’étais prêt à avoir 1100 dirhams de salaire, à assurer des gardes non rémunérées, mais voir mon nom barré dans des communications et être interdit d’accès au bloc opératoire… Ça a gâché ce qui devait être mes plus belles années”, se souvient…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés