Sahara : ce que Mohammed VI attend des partenaires étrangers

Dans son discours du 20 août, Mohammed VI a appelé la communauté internationale à clarifier sa position sur le sacro-saint dossier du Sahara. Plus d’hésitation, zéro ambiguïté, que chacun soit clair.

Par et

DR

Si son discours du 20 août s’adressait principalement aux Marocains (du Maroc et de l’étranger), le roi Mohammed VI a néanmoins profité de ce rendez-vous annuel pour adresser un message à la communauté internationale un peu plus d’un mois avant l’examen du dossier du Sahara au Conseil de sécurité des Nations Unies. C’était l’occasion de rappeler ce que les Marocains considèrent comme une évidence, mais qui ne l’est pas toujours pour les chancelleries étrangères : “Le dossier du Sahara est le prisme à travers lequel le Maroc considère son environnement international”. En filigrane, on veut éviter à l’avenir une crise comme celle vécue avec l’Espagne en 2021 suite à l’hospitalisation du leader du Polisario, Brahim Ghali, du côté de Saragosse. Le geste avait été peu apprécié par Rabat (c’est un euphémisme), qui avait freiné la coopération entre les deux pays, notamment dans le domaine migratoire. “La relation avec le Maroc…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés