Rabat-Tunis : la guerre économique, une victoire à la Pyrrhus

Depuis l'impair de la TICAD, de nombreuses voix appellent à la suspension de l'accord de libre-échange entre le Maroc et la Tunisie, alors que sur les réseaux sociaux des appels au boycott des produits tunisiens commencent à se multiplier. Mais gare au contrecoup sur l’économie nationale.

Par

Le président tunisien Kaïs Saïed et le ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita.

L’accueil de chef d’État réservé au leader du Polisario par la présidence tunisienne en marge de la 8e édition de la TICAD a déclenché une crise diplomatique entre Tunis et Rabat, mais aussi une levée de boucliers immédiate au Maroc. Les appels au boycott des produits tunisiens et à la suspension de l’accord de libre échange (ALE) qui lie les deux pays depuis 1999 n’ont cessé de prendre de l’ampleur, tant sur les réseaux sociaux que dans la presse.

à lire aussi

Une balance commerciale défavorable mais…

Une revendication motivée par la balance commerciale favorable à la Tunisie. Car le marché marocain représente le principal débouché de certains produits made in Tunisia, notamment les dattes et les cahiers scolaires. Sur le premier segment, le royaume a ainsi importé plus de 20 000 tonnes de dattes lors…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés