Fabrication de batteries électriques : le Maroc petit joueur ?

L’entreprise chinoise CATL a annoncé, le 12 août dernier, un investissement massif dans une gigafactory en Hongrie. Un risque pour le projet marocain de fabrication de batteries électriques ?

Par

Un ouvrier assemble une batterie de voiture électrique à l'intérieur du magasin de batteries de l'usine d'automobiles électriques de VinFast à Haiphong au Vietnam, le 7 avril 2022. Crédit: Nhac Nguyen / AFP

Dans la course à la fabrication de batteries pour véhicules électriques, le Maroc a-t-il ses chances ? Le 21 juillet dernier en marge de la 14e édition de l’US-Africa Business Summit à Marrakech, le ministre de l’Industrie Ryad Mezzour avait annoncé une prochaine gigafactory de batteries au royaume. “Le Maroc est en cours de négociation avec des fabricants de batteries pour véhicules électriques afin d’implanter une usine dans le pays pour s’intégrer au secteur automobile existant et à la production de cobalt”, avait précisé Ryad Mezzour dans un entretien avec l’agence de presse Reuters.

La Hongrie, championne de l’électrique

Quelques semaines après cette annonce, c’est un pays européen qui a raflé un investissement conséquent dans le secteur. L’entreprise chinoise Contemporary Amperex Technology (CATL), le plus grand constructeur mondial de batteries pour véhicules électriques, a annoncé le 12 août dernier la construction d’une gigafactory à Debrecen dans l’est de la Hongrie. L’usine…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés