Après la réforme de 2004, la vision royale d’une nouvelle Moudawana

Le discours du trône, prononcé par le roi Mohammed VI le 30 juillet dernier, a remis sur la table la réforme de la Moudawana, revendiquée par la société civile depuis de nombreuses années. La vision royale, ouvertement en faveur d’une réforme, rappelle celle qui avait permis, en 2004, de réformer le Code la famille.

Par

Le 12 mars 2001 à Rabat, “des femmes de tout le Maroc, même des patelins les plus reculés, sont venues d’elles-mêmes. Elles ont choisi d’être là et de manifester pour leurs droits”, se souvient avec nostalgie l'activiste féministe Fouzia Assouli. Crédit: Joëlle Vassort / AFP

Prononcés lors du discours du trône ce samedi 30 juillet, les mots de Mohammed VI sur la réforme de la Moudawana ont soufflé comme un vent d’espoir au sein des milieux associatifs, qui militent depuis plusieurs années pour une refonte du Code de la famille de 2004. Le collectif 490, fondé par Sonia Terrab et Leïla Slimani, va même jusqu’à qualifier ce discours de “coup d’envoi du printemps des égalités 2.0” dans un communiqué récemment publié. Loué pour sa modernité lors de sa mise en application en 2004, le texte de la Moudawana aura, en l’espace de 18 ans, montré un grand nombre de failles. Si la vision royale est désormais ouvertement tournée vers une révision du Code de la famille, reste à savoir jusqu’où iront les réformes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés