Covid : la quatrième dose sera-t-elle la bonne ?

Ce n’est aujourd’hui qu’une recommandation pour les personnes vulnérables ou souffrant d’une maladie chronique. Mais après le relâchement des mesures barrières, les rassemblements de l’Aïd et les arrivées de touristes et de MRE, la recrudescence des contaminations fait planer une ombre sur la saison estivale. De là à imaginer une généralisation de la quatrième dose ?

Par

“Avec la multiplication des variants, la vaccination ne permet plus de freiner la propagation. Elle protège en revanche contre les formes graves et les décès”, rappelle le Dr Tayeb Hamdi. Crédit: AFP

L’insistance des médecins et scientifiques n’a pas eu l’effet escompté. Moins de 8000 personnes avaient reçu une quatrième dose, c’est-à-dire une deuxième dose de rappel, le 13 juillet, selon des chiffres du ministère de la Santé. Pourtant, une dizaine de jours plus tôt, le 1er juillet, une circulaire ministérielle insistait sur l’importance de vacciner les personnes âgées et/ou vulnérables. Le département de Khalid Aït Taleb enjoignait aux directeurs régionaux d’actualiser d’urgence le protocole en recommandant l’injection de la troisième dose quatre mois après la deuxième dose chez les personnes incomplètement vaccinées. Enfin, il recommandait l’administration d’une dose de rappel six mois après la troisième dose, particulièrement chez les personnes âgées de plus de 60 ans et chez celles ayant des comorbidités à partir…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés