Youcef Mezzour et Calirra : tout ce qui brille

C’est en cherchant une bague pour demander en mariage celle qui est aujourd’hui sa femme que Youcef Mezzour a eu l’idée de se lancer dans le business du diamant et d’en “simplifier l’accès”. Ou comment réussir à vendre cet objet de luxe à moindre coût.

Par

Youcef Mezzour Crédit: DR

Un business model qui marche

Pour fonder Calirra, Youssef Mezzour part d’un constat : celui que “pour une belle bague, les prix étaient forcément très élevés, qu’il n’y avait pas d’offre pour les petits budgets”. Pas de combine, pas de mauvaise qualité pour autant. “Calirra est membre privilégié des principales bourses internationales du diamant”, poursuit-il. Ce qui signifie que la marque figure parmi la liste des traders mondiaux du diamant. Un business model qui casse toute la chaîne d’intermédiaires et permet à Calirra d’acheter ses diamants 7 à 20% moins cher qu’un joailler classique. “Nous avons peu de frais de publicité et on travaille essentiellement sur commande, ce qui nous permet de réduire les coûts au maximum et d’être jusqu’à 70% moins cher que les autres joaillers”, explique l’entrepreneur. Et c’est une affaire qui marche…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés