Abderrahim Ben Elhirche : “Le gazoduc Maghreb-Europe peut être converti pour livrer de l’hydrogène à l’Europe”

Du 22 au 24 juin s’est tenu à Marrakech le World PtX Summit, qui réunit des experts et investisseurs mondiaux dans l’hydrogène vert. Interview avec Abderrahim Ben Elhirche, directeur des opérations énergies de JESA, joint-venture entre le groupe OCP et l’Australien Worley.

Par

Abderrahim Ben Elhirche, directeur énergie de JESA, filiale de OCP. Crédit: DR

TelQuel : Avec les technologies actuelles, l’hydrogène peut-il remplacer les énergies fossiles ?

Abderrahim Ben Elhirche : Certes, dans les conditions actuelles, l’hydrogène seul ne peut remplacer les énergies fossiles. Par conditions actuelles, je fais d’abord allusion à la disponibilité à des coûts abordables de l’hydrogène gris (produit à partir d’hydrocarbures, ndlr) ou bleu (produit à partir d’énergies fossiles avec capture du CO2, ndlr). Le jour où il n’y en aura plus, nous serons amenés à subir un choc, si l’on n’est pas suffisamment préparé.

Mais il faut aussi tenir compte du coût de production de l’hydrogène vert (fabriqué à partir d’eau et d’électricité issue d’énergies renouvelables, ndlr), qui dépasse 2$ le kg, même dans des régions où le facteur de charge solaire avoisine les 20, et l’éolien 50 à 60%.

Abderrahim Ben Elhirche
“Aujourd’hui, la seule technologie scalable…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés