Affaire Brahim Saadoun : soldat “Brian” ou mercenaire Brahim ?

Arrêté en avril dernier dans le Donbass par l’armée russe, le jeune Marocain, accusé de “mercenariat”, 
a été condamné jeudi 9 juin à la peine capitale. 
Qui est-il vraiment ? Comment s’est-il retrouvé dans 
le couloir de la mort ? A-t-il vraiment la nationalité ukrainienne ? Les précisions de ses proches.

Par

Brahim Saadoun (au centre) sur le banc des accusés à Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, le 9 juin 2022. Il est entouré par les Britanniques Aiden Aslin (à gauche) et Shaun Pinner (à droite). Crédit: DR

Bonjour maman, bonjour papa. Ne vous inquiétez pas. Tout va rentrer dans l’ordre… J’ai fait ce que je voulais dans ma vie”. Tel est le message laconique qu’a adressé Brahim Saadoun à ses parents, en pinçant les lèvres, au micro du journaliste du média Russia Today. Le jeune homme venait d’être condamné à mort, le 9 juin, par la Cour suprême de la République populaire de Donetsk, région séparatiste prorusse, qui l’a jugé coupable de “mercenariat”. Cette interview de trois minutes est la seule accordée par le jeune Marocain depuis sa capture en avril, dans le Donbass, alors qu’il combattait aux côtés des Ukrainiens. Sur les images, Brahim Saadoun est en uniforme bleu de prisonnier. Il a le crâne rasé, les yeux cernés, l’air fatigué. Son regard se perd…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés