Variole du singe : “Les médecins généralistes doivent être attentifs à tout cas de lésions cutanées”

Avec plus de 100 cas confirmés à travers le monde, la variole du singe inquiète, même si l’OMS parle d’une situation “maîtrisable”. Au Maroc, les trois cas suspects détectés par les autorités sanitaires ont finalement été déclarés négatifs. Faut-il s’inquiéter ? Le professeur Jaâfar Heikel, épidémiologiste, fait le point dans Le Scan, le podcast actu de TelQuel.

Par

AFP

Qu’est-ce que la variole du singe et quelle est son origine ?

 

Jaâfar Heikel
La variole du singe est une maladie infectieuse connue et réémergente. Les premiers cas remontent aux années 1970 en Afrique du Centre et de l’Ouest. Quelques cas ont importé la maladie à l’étranger, en Europe et aux états-Unis. Les symptômes sont souvent pseudo-grippaux (fièvre, céphalées, courbatures). Mais ce qui caractérise la maladie, c’est un gonflement des ganglions lymphatiques et des atteintes cutanées au niveau du visage, de la paume des mains et des pieds. Généralement, la guérison est spontanée au bout de deux à quatre semaines.

à lire aussi

Comment se propage la variole du singe ?

Le virus…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés