Élisabeth Moreno : “Ne pas pouvoir aller assister à un mariage en France à cause du visa, c’est dur, voire humiliant”

L’ex-ministre française de l’Égalité femmes-hommes est désormais candidate à la députation de la circonscription des Français de l’étranger du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest. Dans un entretien développé, elle nous livre sa vision et son programme sur les questions diplomatiques franco-marocaines, l’entrepreneuriat et l’éducation. Sans oublier ses adversaires.

Par

Elisabeth Moreno, ex ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes, candidate à la députation de la 9e circonscription des Français de l'étranger, à Casablanca, le 24 mai 2022. Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

TelQuel : À quel moment avez-vous décidé d’être candidate dans cette circonscription ?

Élisabeth Moreno : Exactement au moment où le président de la République Emmanuel Macron me l’a demandé. J’ai été moi-même une Française de l’étranger, je comprends parfaitement les préoccupations de mes compatriotes, ça m’a semblé une évidence d’accepter. C’est une opportunité incroyable de réunir cette identité multiple qui m’habite et je suis tellement honorée de porter ce combat, car je suis née en Afrique, j’y ai vécu et travaillé, au Maroc notamment. C’est la première fois qu’une ex-ministre se présente dans cette circonscription qui réunit tous les enjeux du discours de Ouagadougou du président en 2017, qui souhaite des relations nouvelles, gagnant-gagnant avec le continent. Au Maroc, pourtant, Emmanuel Macron n’est…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés